Monza sera aussi une souffrance pour les pneus

Si Monza est le berceau de la Scuderia Ferrari, il s'agit également de la course à domicile pour le manufacturier unique de la Formule 1

Si Monza est le berceau de la Scuderia Ferrari, il s'agit également de la course à domicile pour le manufacturier unique de la Formule 1. Basé à Milan, à quelques kilomètres de l'Autodromo Nazionale, Pirelli aborde ce rendez-vous avec une approche plutôt conservatrice.

Sur le tracé italien, les pneumatiques sont eux aussi soumis à rude épreuve. En raison de la nature de certaines courbes célèbres telles que la Parabolica, les contraintes latérales exercées sur le pneumatique y sont particulièrement élevées. Les longues lignes droites et les chicanes négociées à faible vitesse engendrent par ailleurs des forces longitudinales importantes à l’accélération et au freinage.

Ce sont ces caractéristiques qui justifient la décision d'apporter les deux types de gommes les plus dures de la gamme, le P Zero Orange Dur et le P Zero Blanc Medium. En plus de la dégradation, les pneus subissent les attaques répétées des pilotes sur les vibreurs.

"Plus le circuit est rapide, plus le stress subi par les pneus est important car ces contraintes ont tendance à surchauffer la bande de roulement", explique Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport. "Les Formule 1 sont également réglées avec de faibles appuis pour favoriser la vitesse de pointe, mais ce n’est pas sans provoquer certaines réactions inhabituelles."

"Une réduction des appuis s’accompagne en effet d’un grip moins important qui peut conduire à des blocages de roues dans les zones de freinages, particulièrement appuyés ici. Ces blocages s’accompagnent également fréquemment de "plats", même si la conception des mélanges et la structure de nos pneumatiques, cette année, doit limiter ce phénomène."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités