Mosley suggère des budgets capés à 100M€

Selon Max Mosley, l'ensemble des écuries de Formule 1 pourraient bientôt préconiser des budgets capés pour assurer la pérennité de la discipline.

La réduction des coûts reste au cœur des discussions dans le paddock, la proposition la plus récente étant une F1 à deux moteurs, V6 et V8, suggérée par Bernie Ecclestone.

Cette idée a rencontré un accueil critique plutôt positif, Monisha Kaltenborn ayant déclaré, par exemple, que c'était une suggestion très intéressante à condition de s'assurer que les performances des deux cylindrées différentes soient similaires.

Liberté d'innover... sous restriction

Président de la Fédération Internationale de l'Automobile de 1993 à 2009, Max Mosley était impliqué dans le processus de réduction des coûts à la fin de son mandat.

Selon le Britannique, il faudrait donner aux équipes la liberté d'innover sous des restrictions sécuritaires et dimensionnelles, tout en imposant des budgets capés : la limite suggérée par Mosley est de 100 millions d'euros.

"Je pourrais imaginer que très bientôt, toutes les équipes soient dans le camp des budgets capés", commente-t-il dans les colonnes d'Auto Motor und Sport. "Elles se rendraient compte que pour 100 millions, on peut avoir du grand sport automobile et construire des voitures à la pointe de la technologie".

En 2009, Mosley avait proposé des budgets capés de façon beaucoup plus drastique, à 40 millions d'euros ; suggestion qui avait attiré les candidatures d'une quinzaine d'équipes potentielles pour la saison 2010 et avait abouti à l'arrivée de quatre nouvelles écuries : USF1, Lotus, Virgin et Hispania Racing Team.

Cependant, la restriction budgétaire n'avait pu être mise en pratique, et aucune proposition formelle n'a été faite depuis, bien que plusieurs acteurs de la discipline aient préconisé les restrictions en question. La dernière tentative de Jean Todt en ce sens, en 2014, a elle aussi échoué. 

A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags budgets capés, max mosley, réduction des coûts