Le mot d'ordre pour Sainz : réussir le week-end entier

Les débuts de Carlos Sainz chez Ferrari sont prometteurs, mais le nouveau pilote de la Scuderia peut manifestement faire encore mieux.

Le mot d'ordre pour Sainz : réussir le week-end entier

Parmi les pilotes qui ont rejoint une nouvelle écurie en 2021, Carlos Sainz est peut-être celui qui tire le mieux son épingle du jeu. Certes dominé 8-3 par son coéquipier Charles Leclerc en qualifications avec un écart moyen de 0"165 à l'avantage du Monégasque, Sainz a l'avantage au classement général avec 83 points à 80.

Lire aussi :

La première moitié de saison a été rythmée et façonnée par plusieurs incidents, tels que l'accident du poleman Charles Leclerc en qualifications à Monaco, qui l'a indirectement privé de la course ; le Monégasque a aussi été harponné par Lance Stroll au départ en Hongrie. Ainsi, peut-être devrait-il être devant Sainz au championnat, mais le nouveau pilote Ferrari n'a pas démérité avec neuf arrivées dans le top 8 en onze courses, apportant une contribution significative aux 163 points qui placent Ferrari à la troisième position chez les constructeurs.

Cela ne revient pas à dire que Sainz a été parfait, et tout le monde en est conscient à Maranello, à commencer par le principal intéressé : "Je dois dire que je suis relativement fier, relativement content. La vitesse est là depuis la première course, ce qui m'a immédiatement rendu bien plus détendu : j'ai su que j'étais très rapide d'emblée avec cette voiture et que je pouvais juste améliorer les autres choses, à savoir simplement réussir un week-end entier."

"J'ai trouvé très difficile de réussir le week-end entier lors des premières courses : il y avait beaucoup de vitesse, mais j'ai très rarement rassemblé toutes les qualifications, la stratégie de course, la gestion des pneus, les départs, et un très bon résultat grâce à tout ça. Mais récemment, je trouve que ça s'est bien amélioré. Et dès que je réussirai des week-ends dans leur globalité, je pense que je commencerai à être bien plus constant et pas seulement rapide." Sainz estime toutefois que ce n'est pas sa meilleure saison en F1, déplorant "beaucoup de points et d'opportunités manquées çà et là".

Carlos Sainz Jr., Ferrari

Globalement, c'est une analyse que partage le directeur d'équipe Mattia Binotto, qui se montre exigeant avec son pilote. "Ce que j'attends de lui en deuxième moitié de saison, je crois qu'il l'a déjà dit lui-même", souligne l'Italien. "Il n'a pas été capable de réussir un week-end entier, il y a toujours une erreur ici ou là, que ce soit en qualifications, au départ ou en course. J'attends donc qu'il continue de faire connaissance avec l'écurie et avec la voiture. Espérons qu'il réussira bientôt un week-end entier, ce que je trouve important pour lui."

Binotto salue en tout cas le niveau affiché par Sainz qui, selon lui, est dans la lignée des performances réalisées par l'Espagnol depuis le début de sa carrière en Formule 1 – bien qu'il ait été battu par Max Verstappen chez Toro Rosso et par Nico Hülkenberg chez Renault, n'ayant pris l'avantage que sur un Daniil Kvyat en perdition à Faenza et sur le jeune Lando Norris chez McLaren, certes en se montrant particulièrement impressionnant lors de la saison 2019.

"Je ne suis pas surpris, car quand nous avons pris notre décision et l'avons contacté pour lui faire une offre, nous avons fait beaucoup d'analyses et nous savions qu'il était un très bon pilote, nous savions qu'il était fort et très constant en course", ajoute Binotto. "Il était très rapide également, il a prouvé être rapide depuis qu'il est en F1."

"Nous ne devrions pas oublier que son coéquipier était Max lors de sa toute première saison en F1 avec Toro Rosso, et il se débrouillait bien, d'une manière ou d'une autre. Et si l'on regarde l'an dernier avec Lando, encore une fois, il était très performant ; nous savons à quel point Lando est fort, il le montre aussi cette saison. Nous ne sommes donc pas surpris par la compétitivité ou la rapidité [de Sainz]."

Propos recueillis par Jonathan Noble

partages
commentaires
Stroll : Les nouvelles règles ont rendu la vie dure à Aston Martin
Article précédent

Stroll : Les nouvelles règles ont rendu la vie dure à Aston Martin

Article suivant

Ferrari n'a gagné que 0,1 seconde grâce au temps de soufferie en plus

Ferrari n'a gagné que 0,1 seconde grâce au temps de soufferie en plus
Charger les commentaires