Moteur 2021 : Aston Martin y travaille, Red Bull se dit "ouvert"

Red Bull Racing n'écarte pas l'idée d'utiliser un moteur Aston Martin à l'avenir en Formule 1, si le constructeur britannique décide de concevoir un bloc propulseur, par exemple avec l'aide d'un motoriste indépendant.

Les liens entre Red Bull et Aston Martin se sont renforcés cette semaine, puisque le constructeur britannique deviendra dès l'an prochain le sponsor titre de l'écurie de Milton Keynes. Dans le même temps, Aston continue de scruter de près l'évolution des discussions autour du règlement moteur qui sera mis en place à partir de 2021. Si les conditions sont réunies, avec notamment des coûts contrôlés permettant la mise en place d'un projet viable, la marque pourrait alors s'engager en Formule 1 en concevant des moteurs.

Depuis le début de l'ère hybride, Red Bull peine à se sortir d'une situation qui l'empêche de se battre pour le titre mondial. Le manque de performance de Renault a affecté l'équipe, tout comme ses relations devenues conflictuelles avec le Losange, qui devrait stopper sa fourniture moteur auprès de la structure autrichienne dans un an. Une situation qui laisserait Red Bull avec le bloc Honda pour seul alternative.

PDG d'Aston Martin, Andy Palmer a confié que "bon nombre des discussions concernant les moteurs" qu'il avait eues avec Christian Horner étaient "nées de sa propre frustration à trouver un moteur fiable et puissant pour l'avenir".

Questionné quant à l'intérêt que porterait Red Bull à la possibilité de disposer d'un moteur Aston Martin si la marque s'engageait en F1, Horner répond quant à lui : "C'est quelque chose à quoi nous sommes complètement ouverts. Avant tout, nous devons voir quel est le règlement et si c'est viable pour un constructeur comme Aston de pouvoir s'allier avec une autre tierce personne afin de produire un moteur compétitif."

Un attelage Aston Martin/Cosworth ?

Andy Palmer, CEO d'Aston Martin et le Team Principal de Red Bull Racing, Christian Horner

Si Aston Martin venait à franchir le pas, cela pourrait se faire avec le concours d'une autre structure capable de travailler sur le moteur. Le constructeur y a notamment eu recours pour le fameux projet de l'hypercar Valkyrie – conçue conjointement avec Red Bull – en travaillant avec Cosworth et Ricardo.

"Les deux options sont ouvertes", assure Andy Palmer en évoquant la conception d'un moteur seul ou avec l'aide d'une structure indépendante. "Ça dépend vraiment de la facture finale. En général, Aston travaille avec des entreprises spécialisées dans les moteurs comme Cosworth, Ricardo, Ilmor et AVL. Nous avons recours à ces spécialistes y compris pour nos moteurs de série. Ce serait raisonnable et possible qu'Aston s'allie avec des gens comme Cosworth pour formuler une proposition. Rien n'est décidé. J'ai eu des discussions avec tous les groupes cités précédemment. Actuellement, nous avons des relations étroites avec Cosworth grâce au moteur de la Valkyrie."

Andy Palmer, qui a participé à des réunions de travail concernant le futur règlement moteur, a également rédigé un document transmis à la FIA pour faire part de la vision d'Aston Martin sur le sujet.

"Nous avons fait une proposition officielle avec notre opinion et ce que nous espérons que le législateur, c'est-à-dire la FIA, fera pour un moteur bien plus simplifié et avec ce qui est le plus important, à savoir des heures limitées au banc d'essai et des coûts de développement limités", explique-t-il. "Notre proposition parle beaucoup du fait de conserver les niveaux actuels en termes de temps au tour, mais d'améliorer en même temps le son du moteur."

"Si l'on baisse les coûts, on peut augmenter le nombre de moteurs que l'on peut fournir à l'équipe, et on évite ainsi cette situation ridicule avec les pénalités sur la grille, avec des règles que personne ne comprend vraiment."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing
Type d'article Actualités
Tags andy palmer, aston martin, christian horner, moteur