Moteur Mercedes et directives techniques : l'étonnement de Ferrari

Ferrari estime que toutes les polémiques techniques engendrées par le duel entre Red Bull et Mercedes sont, sur le fond, similaires à la saga autour de son moteur en 2019. Et la Scuderia rappelle qu'elle n'avait pas été épargnée à l'époque.

Moteur Mercedes et directives techniques : l'étonnement de Ferrari

Ferrari assiste avec une part de circonspection à la polémique qui entoure les moteurs Mercedes depuis quelques jours, l'écurie allemande étant soupçonnée d'avoir trouvé une manière de gagner en puissance. Ces suppositions ont été soulevées par Red Bull Racing auprès de la FIA, l'écurie de Milton Keynes s'interrogeant sur des éléments qui permettraient de refroidir le groupe propulseur.

La réglementation impose une température minimum de l'air dans la chambre d'admission et, dans le même temps, Mercedes assure ne rien faire d'anormal dans sa manière d'exploiter ses blocs et ainsi respecter cette limite. Red Bull attend les réponses de la FIA sur le sujet, qui a été publiquement abordé, ainsi qu'entre les écuries, sans toutefois créer autant de remous que certaines affaires similaires auparavant. C'est en tout cas le ressenti chez Ferrari, qui avait été fortement montré du doigt en 2019.

À l'époque, la Scuderia était accusée de contourner intelligemment la réglementation autour de l'alimentation en carburant, provoquant l'introduction par la FIA de nouveaux capteurs ainsi que la conclusion d'un accord secret scellant le différend entre l'écurie et l'instance, cette dernière n'étant pas parvenue à démontrer l'existence d'une triche.

Lire aussi :

Toute cette affaire avait également exacerbé les tensions entre Toto Wolff, directeur de Mercedes, et Mattia Binotto, son homologue chez Ferrari. Ce dernier porte un regard perplexe sur la situation du moment, qui voit se multiplier les directives techniques sur fond de lutte pour le titre entre Red Bull et Mercedes, sans toutefois atteindre à ses yeux le même point critique que celui vécu par les troupes de Maranello il y a deux ans.

"Plutôt qu'entrer dans les détails du sujet concernant le moteur Mercedes, je préférerais aborder d'autres sujets bien connus : les ailerons flexibles et la gestion des pressions de pneus, qui requièrent des prescriptions techniques", explique Mattia Binotto. "Les mesures prises par la FIA étaient nécessaires car il y avait ceux qui avaient une interprétation différente des principes réglementaires. Tout cela n'est pas différent de ce qui s'est passé en 2019."

"Pourquoi y a-t-il des différences d'attitude ? Peut-être que nous avons été trop exposés aux médias et que nous avons souffert des attaques de nos concurrents. Mais ça appartient désormais au passé. Je pense qu'en arriver au ton qui a été utilisé en 2019 est toujours mauvais. Mais je pense qu'il est important de souligner que ce qui s'est passé n'est pas différent de ce qui arrive actuellement, et qui s'est toujours produit en Formule 1."

Concernant les soupçons autour du moteur Mercedes, Ferrari n'a formulé aucune question auprès de la FIA mais a abordé le sujet avec les dirigeants de Red Bull. La Scuderia n'est donc pas officiellement impliquée dans le dossier. "Non, nous ne le sommes pas", confirme Mattia Binotto. "Même si comme toutes les équipes et motoristes, nous essayons de comprendre ce que font nos rivaux ; nous analysons les images et étudions les données GPS. Nous avions des doutes et nous en avons discuté avec Red Bull. J'ai personnellement parlé à Christian Horner, mais nous n'avons pas soumis de demande de clarification à la FIA."

Propos recueillis par Franco Nugnes

partages
commentaires
Alfa Romeo aimerait continuer à travailler avec Räikkönen
Article précédent

Alfa Romeo aimerait continuer à travailler avec Räikkönen

Article suivant

Aston Martin aura une livrée "James Bond" au GP d'Italie

Aston Martin aura une livrée "James Bond" au GP d'Italie
Charger les commentaires