Nasr et le difficile contraste entre 2015 et 2016

Seul pilote ayant inscrit des points chez Sauber cette saison, le Brésilien est toutefois dans l'incertitude pour son avenir en F1.

Nasr et le difficile contraste entre 2015 et 2016
Felipe Nasr, Sauber C35
Felipe Nasr, Sauber F1 Team
Felipe Nasr, Sauber F1 Team
Felipe Nasr, Sauber F1 Team
Felipe Nasr, Sauber F1 Team
Felipe Nasr, Sauber F1 Team
Marcus Ericsson, Sauber F1 Team, Felipe Nasr, Sauber F1 Team

Toujours en quête d'un volant pour la saison prochaine, Felipe Nasr estime avoir connu une "année difficile", pour sa deuxième campagne en F1 avec Sauber. Le Brésilien avait réussi sa première saison avec l'écurie suisse, ce qui a accentué le contraste avec une année 2016 plus laborieuse, notamment en comparaison avec son coéquipier Marcus Ericsson

"En un mot, ce fut une année difficile", explique-t-il à Motorsport.com. "Je crois que, quand on a une voiture avec laquelle on sait pour quoi on peut se battre, ça rend tout plus facile. L'enchaînement des courses est plus simple." 

"Je crois que j'ai vu les deux côtés de la médaille. Ma première année, mes débuts en F1, étaient fantastiques ; une année durant laquelle je pouvais saisir de nombreuses opportunités et montrer beaucoup de choses. La seconde année a été bien plus difficile, en tenant compte du fait que les ressources dans l'équipe étaient vraiment très faibles. Les choses ont commencé à aller mieux seulement à la mi-saison."

"Malgré ça, il y a eu de nombreux moments forts où je pouvais encore montrer mon potentiel, comme en Autriche, quand j'évoluais dans le top 10, ou en qualifications à Budapest, en course à Silverstone. Et à Bakou, qui était un nouveau circuit pour tout le monde, nous avons fait une course fantastique."

En 2016, Nasr avait terminé le championnat au 13e rang avec 27 points. Cette année, il fut le seul à débloquer le compteur de Sauber, inscrivant deux points au Brésil et terminant la saison au 17e rang. Un résultat qui a permis à l'écurie de Hinwil de prendre la dixième place à Manor chez les constructeurs.

"Au Brésil, les conditions étaient extrêmes, alors ce n'était pas une question de chance, ce n'était pas une question d'être aidés, mais c'était du mérite et nous l'avons fait, j'étais là pour prendre ces deux points", souligne Nasr. "Nous savons à quel point ces deux points ont de la valeur, et en tant que pilote, j'ai le sentiment d'avoir fait beaucoup durant ces deux années lorsque l'opportunité s'est présentée."

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Pénalités - Kvyat à quatre points de la suspension

Article précédent

Pénalités - Kvyat à quatre points de la suspension

Article suivant

La famille de Michael Schumacher lance l'initiative "Keep Fighting"

La famille de Michael Schumacher lance l'initiative "Keep Fighting"
Charger les commentaires