Nasr sûr "à 100%" que son châssis est pire que celui d'Ericsson

Pour Felipe Nasr, le châssis de sa Sauber C35 n'est pas aussi facile à piloter que celui de son équipier Marcus Ericsson.

Nasr sûr "à 100%" que son châssis est pire que celui d'Ericsson
Felipe Nasr, Sauber
Felipe Nasr, Sauber C35
Marcus Ericsson, Sauber C35
Felipe Nasr, Sauber C35
Marcus Ericsson, Sauber
Marcus Ericsson, Sauber C35
Marcus Ericsson, Sauber C35
Felipe Nasr, Sauber C35

Lors des qualifications disputées sur le tracé de Shanghai, le Brésilien a été devancé par son équipier Marcus Ericsson, tout comme il l'avait été en Australie et à Bahreïn. Lors d'une Q2 interrompue par un drapeau rouge, il s'est retrouvé relégué à près de deux secondes du Suédois.

"Je suis convaincu à 100% que la prise en main n'est pas comme elle devrait être", a déclaré Nasr après les qualifications. "Nous avons débuté avec les mêmes [réglages] et le résultat a été comme lors des deux dernières courses. J'ai beaucoup de mal, je ressens un manque général de stabilité de la voiture, surtout au freinage, ce avec quoi [Ericsson] est très heureux."

"Il est heureux avec la voiture depuis que la voiture a été construite, et j'ai eu la chance de piloter la voiture qu'il pilote lors des tests à Barcelone et j'étais très heureux aussi. J'ai fait ce que j'ai pu, j'ai fait tout ce que je pouvais, je sens que j'ai fait un bon tour [en Q1] et, malgré cela, le comportement de la voiture n'est pas celui que nous attendons."

Nasr a aussi confirmé que Sauber, en difficultés financières, n'aurait pas de châssis de rechange au moins jusqu'en Russie. Quand il lui est demandé s'il serait en faveur d'un échange des voitures avec Ericsson pour une session ou deux, il répond : "Pourquoi pas, je suis pour. Ça ne me dérangerait pas. Faites-lui la proposition, voir ce qu'il dit."

Ericsson : "J'ai démontré qui était le plus fort"

Dans le même temps, Marcus Ericsson a évidemment pointé du doigt sa performance et pas une potentielle différence de châssis, comme raison de son état de forme.

"Je pense qu'à la fin de l'année dernière, j'étais le plus fort [des pilotes Sauber] et j'ai travaillé dur pendant l'hiver pour être encore plus fort cette année, et j'ai confiance en l'équipe et en la voiture. Je pense que j'ai démontré très clairement cette saison qui était le plus fort, donc je dois juste continuer de faire mon travail, de travailler dur et continuer de le battre."

Des points possibles pour Sauber

Qualifié 15e, le Suédois pense qu'il va pouvoir se battre pour les points grâce au rythme sur les longs relais de la Sauber.

"Je me sens assez optimiste parce que, comme j'ai dit, notre rythme sur les longs relais hier était assez prometteur, nous étions dans le mix avec les McLaren, les Force India, devant la Renault et la Haas aussi."

"Nous étions dans ce groupe dans lequel nous allons démarrer, donc avec cela en tête, je pense qu'il va s'agir d'une course critique avec l'usure des pneus, surtout pour prendre soin du pneu avant gauche."

"Je pense que pour nous ça semblait assez correct hier, donc si je peux réussir à garder mes pneus en vie pendant la course demain, je pense que nous pouvons avoir une bonne chance de même nous battre pour les points à la fin de la course."

Propos recueillis par Oleg Karpov

partages
commentaires
Technique - L’aileron avant de la Renault R.S.16
Article précédent

Technique - L’aileron avant de la Renault R.S.16

Article suivant

Red Bull pourrait tester son pare-brise au GP de Russie

Red Bull pourrait tester son pare-brise au GP de Russie
Charger les commentaires