Nikita Mazepin sur l'attouchement : "Je n'en suis pas fier"

Ce jeudi matin, Nikita Mazepin a fait face à pas moins de 70 journalistes pour son premier point presse officiel de l'année, quelques heures après la présentation de la livrée de sa future monoplace pour ses débuts en F1, la Haas VF-21. Sans surprise, les questions ont principalement tourné autour de l'incident survenu en décembre dernier, où le Russe de 22 ans a touché les seins d'une jeune femme dans une vidéo postée sur Instagram, avec des incertitudes quant à son consentement. Voici ce qu'en dit le principal intéressé.

Nikita Mazepin sur l'attouchement : "Je n'en suis pas fier"

Nikita, trois mois après, quel est votre point de vue sur votre acte ?

Mon point de vue est très clair. Je ne suis pas content que cela se soit produit. Je n'en suis pas fier. Je ne me suis pas comporté comme je suis censé le faire en Formule 1 ; la phase de transition où je me rends compte de ce que j'ai accompli a été très courte, et je ne me suis pas adapté aussi vite que je ne l'aurais dû. Mais j'en ai assumé la responsabilité. Et je suis prêt à continuer à le faire car je veux être très constant et assuré dans ma position.

Lire aussi :

Le hashtag #WeSayNoToMazepin a été très partagé sur les réseaux sociaux ; comment gérez-vous ça ? Êtes-vous prêt à avoir l'image d'un bad boy ?

Vous savez, la phase de transition entre la Formule 2 et la Formule 1 est immense. On a donc beaucoup de choses à l'esprit. Il y a énormément de choses à apprendre pour la première course. Une très grande partie des capacités du cerveau est consacrée à ça. Quant à l'image que cela a créé, vous savez, je ne vais pas pouvoir mettre des mots dans la bouche des gens. Je suis sûr que je vais être performant en piste, et c'est là que je vais essayer de m'exprimer.

Comment l’équipe vous a-t-elle aidé dans cette période ? À quel point cela a-t-il été utile ?

Très utile. Tout d'abord, je souhaite dire un grand merci à l'équipe car elle m'a vraiment soutenu pour m'aider à apprendre de cet incident. Elle a été très patiente et a pris le temps de m'aider à apprendre davantage à ce sujet, et je pense qu'après cette phase d'éducation sur le comportement et cet incident, je suis bien plus avancé qu'auparavant. C'était donc très utile.

Avez-vous eu peur de perdre votre baquet ?

Vous savez, je suis un pilote de course. J'en suis un depuis la majorité de ma vie, 15 années sur 22 pour être exact – je viens de fêter mon anniversaire. En tant que pilote, on se concentre sur son travail car il est très exigeant quand on est en piste. On essaie de ne pas faire d'erreurs en dehors… Il se trouve que j'en ai commis une énorme. J'en ai pris la responsabilité. J'en ai tiré des leçons et je me tourne avec enthousiasme vers une année propre.

Nikita Mazepin, Haas F1 Team

Qu'avez-vous réellement appris de cet incident ?

Passer en Formule 1 et être pilote de Formule 1 signifie que tout d'un coup on devient une sorte d'exemple pour beaucoup de jeunes qui ont pour objectif de rejoindre le même championnat. En conséquence, il faut apporter un certain comportement. Je ne l'ai pas fait immédiatement, je m'en suis rendu compte trop tard, malheureusement. Quant à ce que j'ai appris, c'est très clair. Tout d'abord, c'est le comportement qu'il faut apporter. Et ensuite, c'est la manière dont il faut se comporter sur les réseaux sociaux et en dehors.

Avez-vous présenté vos excuses à la jeune femme ?

Je pense que la vie privée est importante, très importante dans ce cas. Je ne pense pas qu'il serait correct que j'implique d'autres personnes dans ce très grand point presse, et par conséquent, je ne vais pas le faire.

Quelle responsabilité assumez-vous ? Celle de votre acte ou celle d'avoir publié la vidéo ? Il y a eu de la confusion de ce côté-là.

Il n'y a pas de confusion de mon côté. J'assume la responsabilité de mes actes, je suis très ferme là-dessus. J'ai appris. Quant à la vidéo publiée sur les réseaux sociaux, je peux dire qu'elle n'y est pas arrivée de mes mains.

Vous dites que vous n'êtes pas fier de vos actes en tant que pilote de F1, mais comprenez-vous que ce comportement n'est acceptable de la part de personne en général ?

Oui, je le comprends, j'en ai assumé la responsabilité, comme je l'ai dit précédemment, à la fois au circuit et en dehors. En tant qu'êtres humains, nous devons montrer un certain comportement les uns envers les autres, pour vivre dans un monde calme et plein d'humanité. J'ai bon espoir d'être l'un de ces humains dorénavant.

partages
commentaires
Williams conserve Jack Aitken comme pilote de réserve
Article précédent

Williams conserve Jack Aitken comme pilote de réserve

Article suivant

Mercedes ne va pas "flirter" avec d'autres pilotes

Mercedes ne va pas "flirter" avec d'autres pilotes
Charger les commentaires