Nikita Mazepin devrait courir sous drapeau neutre

Nikita Mazepin ne devrait pas pouvoir disputer les deux saisons de F1 à venir sous la bannière de la Fédération de Russie, une décision de l'Agence mondiale antidopage (AMA) devant selon toute vraisemblance s'étendre à la discipline reine du sport automobile.

Nikita Mazepin devrait courir sous drapeau neutre

En décembre dernier, le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) avait confirmé l'interdiction faite à la Russie de concourir dans le cadre des événements sportifs qualifiés de "Championnats du monde", à la suite des décisions prises suite au scandale du dopage d'État et de ses dissimulations organisés par la Russie pour les Jeux Olympiques de Sotchi en 2014.

Le TAS avait réduit la durée de cette interdiction, la faisant passer de quatre à deux ans, ce qui veut dire qu'il n'y aura pas de sportifs concourant sous bannière russe lors des JO de Tokyo ou de la Coupe du monde 2022 de football au Qatar, si ces événements ont bien lieu dans le contexte sanitaire du coronavirus. Cependant, comme cela s'est déjà vu ces dernières années dans le cadre d'autres événements, rien n'empêchera les participants d'être présents et de disputer les épreuves sous bannière neutre.

La question de cette interdiction et de ses conséquences se posait pour les sports mécaniques. La Fédération russe de l'automobile a annoncé avoir reçu des clarifications de la part de la FIA concernant la décision du TAS, confirmant ainsi que cela aurait un impact sur les pilotes courant dans les Championnats du monde.

Lire aussi :

Les différentes interdictions

Concrètement, cela veut dire que Nikita Mazepin, qui disputera sa première saison en F1 cette année avec l'écurie Haas, ainsi que tout pilote russe de Formule E, WRC, WEC et WRX ne pourront pas arborer le drapeau de leur pays, ni d'emblèmes nationaux ou encore les mots "Russie" ou "russe" seuls. Ils seront en revanche autorisés à se qualifier d'"athlète neutre de Russie" ou d'être inscrits sous "Russie. Athlète neutre", l'utilisation du mot "Russie" sur leur équipement sera toléré à condition qu'une mention identique à leur statut d'"athlète neutre" soit également présente.

L'utilisation de l'acronyme "RAF", pour "Russian Automobile Federation", sera possible, tout comme l'utilisation des couleurs composant le drapeau russe (blanc, bleu, rouge). La décision interdit évidemment de faire résonner l'hymne russe lors des événements FIA, ce qui veut dire qu'il ne sera donc pas joué avant le départ lors du Grand Prix disputé à Sotchi ou en cas de victoire d'un pilote russe lors de la cérémonie du podium. Les spectateurs auront la possibilité d'apporter des drapeaux russes lors des compétitions FIA et les officiels russes auront le droit d'assister aux épreuves sportives.

Lire aussi :

En revanche, le championnat de F2 n'étant pas un Championnat du monde FIA, Robert Shwartzman devrait selon toute vraisemblance pouvoir courir sous drapeau russe. La décision du TAS court jusqu'au 16 décembre 2022.

Concernant le Grand Prix de Russie en lui-même, son organisation devrait ne pas être touchée par la décision en dépit de l'interdiction de l'Agence mondiale antidopage (AMA) d'organiser tout événement sur son territoire le temps de la sanction, à la condition que leur annulation ne soit pas possible en raison de clauses contractuelles.

En décembre 2019, Rosgonki, qui organise l'épreuve, avait indiqué suite à la décision de l'AMA que le contrat portait jusqu'à la fin 2025 et avait confiance dans le fait que "le Grand Prix de Russie se tiendrait en 2020 et les années suivantes".

La FIA a été contactée pour commenter le communiqué de la fédération russe.

partages
commentaires
Hamilton remet en question l'idée de salaires plafonnés

Article précédent

Hamilton remet en question l'idée de salaires plafonnés

Article suivant

Ferrari renonce finalement à intégrer l'IndyCar

Ferrari renonce finalement à intégrer l'IndyCar
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Nikita Mazepin
Équipes Haas F1 Team
Auteur Fabien Gaillard