Norris a pris "beaucoup de risques" pour signer la pole

Pour décrocher la première pole position de sa carrière, Lando Norris admet avoir flirté avec les limites de l'adhérence lors des qualifications du Grand Prix de Russie.

Norris a pris "beaucoup de risques" pour signer la pole

Après le doublé de Monza, McLaren récidive ! Au Grand Prix de Russie, l'écurie britannique décroche la pole position avec Lando Norris. Le Britannique a profité des conditions changeantes et de l'assèchement de la piste pour signer à Sotchi la première pole de sa carrière de pilote de Formule 1. Son premier poursuivant, Carlos Sainz, est relégué à plus de cinq dixièmes de seconde.

"Oh là là, c'est incroyable", commente Norris en sortant de sa monoplace. "Je ne sais pas quoi dire, [c'était] une séance folle. Nous étions compétitifs et nous avons pris la décision de passer en slicks à la fin [de la Q3]. On ne pense pas à la pole avant de l'obtenir, et j'ai réussi à l'avoir donc je suis extrêmement heureux. Un grand merci à l'équipe, ils ont fait un travail incroyable."

Lire aussi :

Au fil des qualifications, le passage en pneus slicks est devenu de plus en plus évident. George Russell a été le premier à dégainer, à cinq minutes du drapeau à damier. Tous ses adversaires l'ont imité mais une poignée de pilotes seulement ont pu améliorer leur meilleure marque établie avec les pneus intermédiaires, dont Norris. 

Le pilote McLaren revient sur ce moment critique : "C'était difficile. Je me lance des fleurs bien sûr, mais c'était dur. Au point de croisement [entre pneus intermédiaires et pneus slicks] et lors du tour précédent, j'avais deux secondes de retard et je n'étais pas certain que nous allions améliorer notre meilleur tour. Mais j'ai gardé mes pneus en température pour préparer un dernier tour lancé. J'ai pris beaucoup de risques, je dois l'admettre. Mais ça a payé donc je suis très heureux".

Norris n'a pas choisi le meilleur endroit pour réaliser sa première pole. La ligne droite menant vers le premier point de freinage s'étend sur un kilomètre et le Britannique sera une proie facile pour les pilotes blottis dans son aspiration demain après-midi. À noter que lors des quatre dernières éditions du Grand Prix de Russie, le poleman n'est parvenu à conserver son avantage au premier freinage qu'à deux reprises.

"Je n'ai pas vraiment hâte [d'être au départ]", grimace Norris. "Mais on ne sait jamais, nous sommes dans la meilleure position possible."

partages
commentaires

Related video

Hamilton : "Ce n'est pas ce qu'on attend d'un champion"

Article précédent

Hamilton : "Ce n'est pas ce qu'on attend d'un champion"

Article suivant

Sainz s'offre la meilleure qualif de sa carrière

Sainz s'offre la meilleure qualif de sa carrière
Charger les commentaires