Norris a rendu ses ingénieurs "nerveux" à cause des limites de piste

Lando Norris a révélé avoir contribué à l'augmentation de la tension artérielle de ses ingénieurs au Grand Prix de Monaco en raison d'un drapeau noir et blanc pour le non-respect des limites de piste.

Norris a rendu ses ingénieurs "nerveux" à cause des limites de piste

Si le débat autour des limites de piste a fortement animé le début de la saison 2021 de Formule 1, nous pensions vivre un court moment de répit à Monaco, où les rails se chargent de définir ces limites. Pourtant, ce ne fut pas le cas. Quelques virages du tracé monégasque possèdent des zones de dégagement, dont la chicane du Port. Et durant la course, de nombreux pilotes ont été épinglés par la direction de course pour avoir coupé cette chicane et ont reçu le drapeau noir et blanc, synonyme de dernier "carton jaune" avant application d'une pénalité.

Parmi les mauvais élèves se trouve Lando Norris. Ses deux passages hors piste en début d'épreuve lui ont valu un drapeau noir et blanc, ce qui signifie qu'une épée de Damoclès était suspendue au-dessus de la tête du pilote britannique pendant la majorité de l'épreuve. Sous la menace de Sergio Pérez dans les derniers tours, Norris n'avait donc pas le droit à l'erreur, ce qui a rendu le muret McLaren "très nerveux".

"J'ai raté la première partie de la corde, je suis allé au-delà du premier vibreur et j'ai quand même repris la piste pour compléter le virage", a-t-il commenté. "J'ai perdu du temps [dans les deux sorties de piste]. J'ai bloqué mes roues deux fois et je pense qu'au septième tour, j'avais déjà utilisé mes deux jokers, ce qui a rendu mon ingénieur Will extrêmement nerveux."

"Je suis sûr que cela en a aussi rendu certains très nerveux. Ce n'était pas un début de course idéal parce que je savais qu'il y avait encore beaucoup de tours à faire et que dans le dernier relais, quand vous pouvez attaquer davantage, j'aurais eu une pénalité de cinq secondes si j'avais fait une nouvelle erreur. Et Pérez serait passé devant moi."

Lire aussi :

En plus de son problème avec les limites de piste, Norris a précisé que les derniers kilomètres de course ont été complétés dans la douleur en raison du comportement de sa MCL35M chaussée des pneus durs. "C'était une voiture très difficile à piloter", a-t-il déclaré. "C'était beaucoup plus facile de bloquer les roues, surtout sur les bosses. Je n'étais pas en confiance. Dès que l'on m'a parlé de la stratégie pneumatique de Sergio et que l'on m'a dit qu'il s'était arrêté très tard, je suis devenu très inquiet."

"Mais j'ai gardé la voiture dans les clous, ce qui est le plus important. Je n'ai pas touché les rails et, tant que vous sortez correctement du virage 8 et du dernier virage, rien ne peut vous arriver. Donc, ce n'était pas trop mal."

La pression de Pérez alliée à celle d'une pénalité potentielle a poussé Norris à demander une communication minimum avec son stand. "À la fin, j'ai dit à Will de se taire. Parfois, il faut simplement se concentrer sur ce que vous devez faire : piloter dans les rues de Monaco", a-t-il dit. "Vous voulez être dans la 'zone' pour bien piloter, oublier les rails et gagner en confiance sans avoir à penser à autre chose. Donc, quand [mon ingénieur] me disait qu'il y avait un gars 20 secondes devant, je n'en avais pas grand-chose à faire. Je voulais simplement me concentrer sur mon pilotage, c'est aussi simple que ça."

partages
commentaires

Related video

Ferrari pense que la panne de Leclerc est bien liée à son crash
Article précédent

Ferrari pense que la panne de Leclerc est bien liée à son crash

Article suivant

La FIA va étudier les règles après le crash de Leclerc

La FIA va étudier les règles après le crash de Leclerc
Charger les commentaires