Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
EL3 dans
13 Heures
:
08 Minutes
:
53 Secondes
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
13 jours

Norris et McLaren ne comprennent pas leur abandon

partages
commentaires
Norris et McLaren ne comprennent pas leur abandon
Par :
12 juin 2019 à 13:45

McLaren va enquêter sur le problème qui a mené à la casse d'une suspension de la monoplace de Lando Norris durant le Grand Prix du Canada.

Andreas Seidl, le directeur de l'équipe, a détaillé les quelques alertes aperçues avant l'arrivée soudaine du problème qui a conduit Lando Norris à l'abandon lors du Grand Prix du Canada. C'est finalement une suspension qui a lâché, mais quelques signes avant-coureurs, et notamment une importante surchauffe, vont devoir être étudiés pour que le problème soit entièrement compris.

"Nous enquêtons encore", a déclaré Seidl à Motorsport.com. "Nous avons eu une surchauffe à l'arrière avec une casse mécanique, mais nous devons encore en trouver la raison, que nous ne connaissons pas pour l'instant. Nous avons simplement vu les températures monter subitement, les freins devenir plus longs, et nous avons vu qu'il sortait au large, ce qui était l'origine du problème."

Lire aussi :

De son côté, Norris n'a eu aucune alerte au volant ou de la part de son équipe, comme il l'explique à Motorsport.com : "Tout allait bien. Ils ont dit que les freins devenaient un peu chauds, mais il n'y avait rien d'apparent. Ils ne m'ont pas dit que je devais m'arrêter et ils ne pouvaient pas voir ce qui se produisait. C'est simplement arrivé, et c'était terminé. Je pensais avoir une crevaison ou autre. Je suis passé près du mur, mais je n'ai pas tapé les vibreurs ou le mur. C'est un mystère pour le moment."

Il assure en tous cas que sa sortie de piste au virage 8 dans le tour qui a précédé son abandon n'avait pas été provoquée par son problème : "C'était simplement une erreur, peut-être que c'était la cause initiale et que ça a commencé à se produire [à ce moment-là], mais je ne le savais pas, j'allais rater le virage et bloquer mes roues, donc j'ai juste décidé de couper, mais quand je suis revenu dans la ligne droite, tout allait mal."

"J'ai freiné avant le dernier virage, les freins ont décidé de moins réagir, ils ne fonctionnaient plus correctement donc je n'ai pas pu aller à gauche et j'ai dû passer de l'autre côté du plot, mais quand je suis revenu en piste après ça, ça a complètement cassé. Je suis chanceux que rien de pire ne se soit produit à cause de ce problème."

Désormais, il va falloir que McLaren trouve la cause du problème afin qu'il ne se reproduise pas, mais Norris avoue que ni lui, ni l'équipe ne la connaissent pour l'instant : "Je n'ai pas vraiment de réponse à cela, et l'équipe non plus. Rien d'évident n'est arrivé ou s'est mal passé. Nous ne voyons rien sur les données qui pourrait être une cause ou une explication de tout cela. Il faudra donc enquêter afin que ça n'arrive plus."

Après une belle qualification, il espérait forcément marquer des points, sans non plus en viser un grand nombre, et a même réussi à lutter contre la Red Bull de Max Verstappen en début de course, ce qui n'a pas été sans le satisfaire. "Je ne visais pas beaucoup de points, mais je visais les points, surtout parce que Renault en a marqué un grand nombre et que ça aurait été bien d'en inscrire aussi. C'est frustrant parce que c'est arrivé très tôt, et tout le week-end semblait bon en termes de rythme, nous avions bien débuté et nous avons tout réussi hormis la course elle-même. C'est un peu ennuyeux."

"J'ai réussi à retenir [Verstappen] pendant plusieurs tours, bien qu'il ait été considérablement plus rapide. Il m'a eu dans le premier tour, j'ai réussi à le repasser. Max est un gars difficile à dépasser, mais j'ai fait ce que j'ai pu. C'était une lutte serrée et amusante, j'en ai eu beaucoup cette saison, roue contre roue. C'était sympa, mais celle-ci n'a pas duré longtemps", poursuit Norris, qui avait expliqué récemment avoir étudié le comportement du Néerlandais sur des jeux vidéo en ligne.

Voir aussi :

Il reconnaît sa frustration mais ne veut pas trop s'attarder sur sa déception et pense déjà au Grand Prix de France : "Nous devons avancer. Tout le week-end jusqu'ici avait été bon, la voiture avait un bon rythme en Q1, Q2 et Q3. L'équipe n'a rien fait de mal, quelque chose a visiblement posé problème mais ce n'est pas une erreur de notre part, ce n'était simplement pas notre jour. Nous devons analyser et comprendre ce qui s'est passé pour revenir plus forts."

"Comme d'habitude, je ne sais pas !" poursuit-il en réponse aux performances attendues de la part de son équipe au Castellet. "C'est comme toujours, on fera aussi bien que possible. Tout le week-end a été correct, nous manquions juste de rythme face aux Renault. C'est spécifique à la piste, certains fonctionnent à certains endroits, d'autres non. Le Paul Ricard est une autre piste sur laquelle nous devrons rebondir."

Article suivant
Wolff : Un des GP "les plus difficiles dont je puisse me souvenir"

Article précédent

Wolff : Un des GP "les plus difficiles dont je puisse me souvenir"

Article suivant

Vergne : Il y a "de la logique" derrière la pénalité de Vettel

Vergne : Il y a "de la logique" derrière la pénalité de Vettel
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Canada
Catégorie Course
Lieu Circuit Gilles-Villeneuve
Pilotes Lando Norris
Équipes McLaren Boutique
Auteur Emmanuel Touzot