Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
47 jours
09 mai
Prochain événement dans
64 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
06 juin
Course dans
96 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
103 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
120 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
138 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
152 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
180 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
187 jours
12 sept.
Course dans
194 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
208 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
211 jours
10 oct.
Course dans
221 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
236 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
243 jours

Norris : Le sort d'Albon montre que la F1 est "un monde cruel"

Lando Norris compatit avec son compatriote Alexander Albon, qui ne sera pas sur la grille de départ cette année après deux premières saisons en Formule 1.

Norris : Le sort d'Albon montre que la F1 est "un monde cruel"

Si Lando Norris et Alexander Albon ont près de quatre ans d'écart, ils ont fait leurs débuts en Formule 1 simultanément en 2019, après s'être disputé un titre de Formule 2 qui était revenu à leur compatriote George Russell. La nouvelle génération de pilotes britanniques, avec des Jack Aitken, Callum Ilott et autres Dan Ticktum également, a grandi ensemble depuis le karting, jusqu'à tutoyer la catégorie reine du sport automobile.

Tandis que Lando Norris a conforté sa position chez McLaren grâce à ses performances depuis ses débuts, Alexander Albon n'a pas réussi à faire fructifier sa promotion quelque peu prématurée chez Red Bull Racing et, après une saison 2020 difficile, a été remplacé à Milton Keynes par Sergio Pérez, devant se contenter d'un poste de pilote de réserve pour 2021. Norris déplore de voir l'Anglo-Thaïlandais, vice-champion de GP3 et troisième de F2 auparavant, sur la touche.

Lire aussi :

"Alex et moi sommes bons amis, nous nous entendons très bien et discutons bien", commente le pilote McLaren. "Je ne lui ai pas vraiment trop parlé de ce qui se passe ou des choses comme ça. J'imagine que je suis un peu désolé pour lui, car je sais qu'il est un très bon pilote, et c'est dur."

"Cela montre juste à quel point la F1 est dure. On peut être un pilote extrêmement bon et battre quasiment tous ceux contre qui on a couru dans toutes les catégories, mais on arrive en Formule 1 et ça devient encore plus compétitif. C'est parfois un monde cruel, et ça peut s'arrêter presque aussi vite que ça a commencé."

"J'ai beaucoup d'estime pour Alex en tant que pilote et j'ai beaucoup de respect pour lui. C'est dommage qu'il ait perdu son volant. Mais je suis sûr qu'il va se battre pour le récupérer et essayer de revenir en Formule 1 à l'avenir."

Albon, pour sa part, va donc occuper le rôle de pilote de réserve Red Bull et AlphaTauri en parallèle d'une campagne partielle en DTM, tout en menant du travail de développement à Milton Keynes. "Nous allons continuer de travailler avec Alex pour le faire progresser, hors-ligne (sic)", déclarait Christian Horner, directeur d'équipe, à Motorsport.com il y a quelques jours. "Il demeure partie intégrante de l'équipe – il pilote sur le simulateur à l'heure où nous nous parlons."

Propos recueillis par Luke Smith et Alex Kalinauckas

partages
commentaires
Qualifs sur un tour : l'échec d'une idée qui avait du bon

Article précédent

Qualifs sur un tour : l'échec d'une idée qui avait du bon

Article suivant

Recruter Pérez, une décision "adulte" pour Red Bull

Recruter Pérez, une décision "adulte" pour Red Bull
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Lando Norris , Alexander Albon
Auteur Benjamin Vinel