Pourquoi les nouveaux horaires vont compliquer le GP Monaco

La réduction de la durée des deux premières séances d'essais libres cette saison met une pression supplémentaire sur les épaules des équipes et les pilotes à Monaco, qui devront recueillir le plus d'informations en un temps record.

Pourquoi les nouveaux horaires vont compliquer le GP Monaco

Cette saison, les EL1 et EL2, les deux premières séances d'essais libres d'un week-end de Grand Prix de Formule 1, sont passés de 90 minutes chacun à 60 minutes, obligeant les équipes à travailler dans une plus petite fenêtre. Jusqu'à présent, ce changement ne s'est pas révélé problématique puisque les quatre premiers circuits visités − Bahreïn, Imola, Portimão et Barcelone − ont tous accueilli un Grand Prix en 2020 ou organisé des séances d'essais de pré-saison.

Cependant, la donne risque de changer à Monaco, théâtre de la cinquième manche de la saison 2021, cette semaine. Sur le Rocher, la réduction de la durée des premiers essais libres devrait avoir un impact important en raison de la nature unique du circuit et du besoin d'effectuer autant de tours que possible afin que les pilotes gagnent en confiance. Et le fait que la Formule 1 retrouve un circuit urbain pour la première fois depuis 2019 signifie également que certaines équipes pourraient avoir besoin de plus de temps pour trouver les réglages idéaux.

Lire aussi :

Au total, il y aura une heure d'essais en moins jeudi 20 mai, lors de la première journée de roulage. En conséquence, le trafic devrait être plus dense qu'à l'accoutumée et tout incident, comme un problème mécanique ou un choc contre le rail de sécurité, sera encore plus coûteux qu'il ne l'est habituellement à Monaco.

Interrogé par Motorsport.com, Xevi Pujolar, responsable de l'ingénierie piste d'Alfa Romeo, a confié que "tout sera très comprimé" à Monaco. "Il est certain que toutes les séances auront pour but de maximiser le temps de piste et d'obtenir le plus d'informations possible", a-t-il ajouté.

"Ce sera un défi pour tout le monde. [En Espagne], nous avons vu que certains procédaient différemment concernant le niveau d'appui aérodynamique. Donc, il faudra voir si les concurrents apporteront des améliorations à Monaco. Mais avec des écarts si serrés, ce sera un défi, non seulement du côté de l'ingénierie, mais aussi pour les pilotes."

La réduction du nombre de tours à Monaco frustrera sans nul doute, et plus que n'importe qui d'autre, les trois débutants de la saison 2021, Yuki Tsunoda, Nikita Mazepin et Mick Schumacher, sans oublier le rookie 2020 Nicholas Latifi, privé de roulage à Monaco l'an passé. Si Tsunoda est dans la situation la plus critique, le Japonais ne connaissant pas Monaco, les trois autres pilotes ont déjà eu l'occasion d'arpenter les rues de la Principauté dans les catégories inférieures. En revanche, il leur faudra inévitablement du temps pour s'adapter à des monoplaces plus larges et plus rapides.

"Je pense que Monaco sera probablement plus difficile pour nous que [le Grand Prix d'Espagne]", avait indiqué Mazepin à Motorsport.com sur le circuit de Barcelone. "Je pense que [la Haas VF-21] est la voiture la plus difficile à piloter et sur un circuit comme Monaco, ce sera encore plus dur. Comme vous le savez, il n'y a pas de dégagements mais des murs."

partages
commentaires

Related video

GP de Monaco - Programme TV et guide d'avant-course
Article précédent

GP de Monaco - Programme TV et guide d'avant-course

Article suivant

Norris : Être le leader de McLaren en F1 "est mon objectif"

Norris : Être le leader de McLaren en F1 "est mon objectif"
Charger les commentaires