Le nouveau paddock du Circuit Gilles Villeneuve coûtera cher

Le coût des rénovations du paddock du Circuit Gilles Villeneuve à Montréal a grimpé en flèche au cours des derniers mois.

Le circuit de Formule 1 de Montréal est tracé sur une île située en plein milieu du fleuve St-Laurent, l’Île Notre-Dame. Cette île est traversée par plusieurs petits cours d’eau et la présence de lacs rend l’espace très restreint. Le nouveau bâtiment des paddocks doit donc être construit au même endroit que l’ancien, coincé entre le bassin olympique et la piste qui est aussi une artère "normale" de la Ville de Montréal, où circulent automobiles et bus.

La rénovation des installations était un critère essentiel à la signature du nouveau contrat qui lie la Ville de Montréal aux autorités de la F1. La démolition de l’ancien bâtiment en béton, qui date de 1988, commencera quelques jours après la tenue du Grand Prix en juin prochain. Les travaux devront être terminés en mai 2019, à temps pour la présentation de l’édition 2019 du Grand Prix du Canada.

Quand le projet de rénovation a été présenté en 2015, les coûts de construction avaient d'abord été estimés à 30 millions de dollars (19 millions d'euros). Lorsque des rendus graphiques d’un artiste ont été dévoilés le 14 décembre dernier, les coûts étaient cependant passés à 48 millions de dollars (31 millions d'euros).

L’appel d’offres a été remporté par le plus bas soumissionnaire, la firme Groupe Geyser, qui effectuera les travaux de rénovation pour la somme de 59,9 millions de dollars (39 millions d'euros). Encore une augmentation significative. En à peine trois ans, les coûts auront doublé.

Lors d’une rencontre avec les médias, tenue mercredi, la maire de Montréal, Valérie Plante, a expliqué que les coûts avaient augmenté à cause principalement de la complexité du travail à effectuer dans un espace aussi restreint.

Selon ce qu’écrit le quotidien montréalais The Gazette, le nouveau bâtiment doit être érigé sur des pieux, le circuit doit demeurer ouvert à la circulation, l’entrepreneur doit aussi minimiser les effets sur la piste cyclable et doit assurer la tenue normale de toutes les activités qui se déroulent dans le parc.

En effet, de nombreuses activités sont organisées dans le Parc Jean-Drapeau, été comme hiver : des spectacles en plein air, des expositions, des épreuves de cyclisme et des triathlons, de l’aviron sur le bassin, de la baignade à la plage, sans oublier la présence du Casino de Montréal et du restaurant La Toundra.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP du Canada
Circuit Circuit Gilles-Villeneuve
Type d'article Actualités
Tags finances