Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
47 jours
09 mai
Prochain événement dans
64 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
06 juin
Course dans
96 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
103 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
120 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
138 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
152 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
180 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
187 jours
12 sept.
Course dans
194 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
208 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
211 jours
10 oct.
Course dans
221 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
236 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
243 jours

La nouvelle Haas ne démarrera pas avant les essais hivernaux

Ce n'est qu'en arrivant à Bahreïn pour les essais hivernaux le mois prochain que Haas F1 pourra vérifier le bon fonctionnement du moteur Ferrari dans sa nouvelle monoplace.

La nouvelle Haas ne démarrera pas avant les essais hivernaux

La pandémie de COVID-19 et les différentes restrictions sanitaires mises en place d'un pays à l'autre compliquent les préparatifs de certaines écuries. Pour Haas F1, qui a déjà modifié son processus d'assemblage pour sa monoplace 2021, il est désormais acquis que le premier démarrage ne pourra pas être réalisé avant l'arrivée à Bahreïn pour les essais hivernaux. L'équipe américaine utilisera l'unité de puissance Ferrari, mais les mesures de quarantaine en vigueur au Royaume-Uni empêchent les ingénieurs de la Scuderia de se rendre sur place afin de procéder à la traditionnelle première mise en route.

Lire aussi :

Souvent mis en avant par les écuries à des fins de communication, le premier démarrage de la monoplace n'en est pas moins un moment déterminant. Il permet notamment de vérifier le bon fonctionnement des différents systèmes. Néanmoins, Haas devra s'adapter, et peut au moins espérer une incidence mineure sur ses préparatifs du fait du gel partiel des châssis et de la relative stabilité technique des F1 cet hiver.

"Le démarrage aura lieu à Bahreïn", confirme le directeur Günther Steiner. "De toute manière, avec tous les Grands Prix lointains, les moteurs repassent par Maranello puis reviennent directement sur les circuits pour être installés dans la voiture. Donc ce n'est pas quelque chose de nouveau. Mais ce n'est pas idéal, car même si c'est une monoplace qui conserve beaucoup d'éléments déjà vus, il y a tout de même des nouvelles pièces. On veut en faire autant que possible, mais si on ne le peut pas, il faut trouver des alternatives. Je pense que tout ira bien. Tant que ça se passe bien lorsque nous le mettons en marche pour la première fois, ce n'est pas un problème !"

L'assemblage transféré en Angleterre

Ce n'est donc qu'à l'aube des trois journées d'essais hivernaux, du 12 au 14 mars à Sakhir, que la nouvelle Haas démarrera pour la première fois avant d'être confiée à Mick Schumacher et Nikita Mazepin. Ce contretemps pour Haas vient s'ajouter à des préparatifs déjà perturbés par la crise sanitaire. Avec son business model très différent des autres écuries, la structure opère avec plusieurs bases puisqu'elle se fournit pour certains éléments auprès de Dallara en Italie et possède des ateliers en Grande-Bretagne. Pour la première fois, la nouvelle monoplace – dont le nom et la date de présentation sont encore inconnus – est assemblée à Banbury, et non de l'autre côté des Alpes. Un choix en partie forcé par la pandémie, mais pas seulement.

"Ce n'est pas facile, car si des gens viennent au Royaume-Uni, ils doivent être placés en quarantaine", précise Steiner. "Ce n'est pas productif, donc ça a une incidence. Il faut ajuster nos manières de faire en conséquence. Et les gars ont trouvé des solutions. Nous assemblons la voiture en Grande-Bretagne cette année. Il y a beaucoup de pièces qui sont les mêmes que l'an dernier, donc c'est la meilleure manière de faire. Il y a moins de nouvelles pièces sur la voiture, mais il y en a quand même."

Haas VF-20 in the garage

"Je ne dirais pas que tout est fabriqué en Italie. C'est essentiellement conçu là-bas. Donc on veut que les techniciens et les concepteurs soient là [quand on assemble la voiture], car s'il y a des problèmes, ils sont proches des autres. C'est habituellement ce que nous faisons. Nous n'avons pas décidé d'assembler la voiture en Grande-Bretagne uniquement à cause de la pandémie, nous l'avons aussi décidé car il y a des pièces qui ne changent pas et nous les connaissons. À l'heure actuelle, il y a plus de pièces en Grande-Bretagne qu'en Italie ! Nous aurions donc dû tout emmener en Italie pour faire l'assemblage, ça n'aurait eu aucun sens."

"Les pièces qui ont changé sont en production. Elles sont en partie fabriquées en Italie, et en partie en Grande-Bretagne. Et elles vont ensuite toutes en Grande-Bretagne et non en Italie comme les années précédentes. L'équipe de conception est en Italie, et ils sont en partie en télétravail. Ils travaillent en équipe et ils viennent parfois à l'usine pour quelques jours. C'est pareil en Grande-Bretagne. Les ingénieurs de course et les ingénieurs performance travaillent principalement depuis chez eux, ils viennent lorsque nous en avons besoin. Et les mécaniciens travaillent en équipe. En gros, il y a deux bulles, et si une bulle est touchée [par le COVID-19], le travail peut se poursuivre."

Günther Steiner a lui-même modifié sa façon de diriger l'écurie pendant l'intersaison puisqu'il est resté aux États-Unis, où il a passé les fêtes. "Habituellement, je reviens [en Europe] entre janvier et février, mais pas cette année", explique-t-il. "Où que j'aille, il faut observer une quarantaine. J'irai directement à Bahreïn pour les essais afin d'éviter toute difficulté."

Propos recueillis par Adam Cooper 

partages
commentaires
Mercedes entre loyauté envers Hamilton et besoin de préparer l'avenir

Article précédent

Mercedes entre loyauté envers Hamilton et besoin de préparer l'avenir

Article suivant

Les écuries approuvent le gel des moteurs F1 pour 2022

Les écuries approuvent le gel des moteurs F1 pour 2022
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Mick Schumacher , Nikita Mazepin
Équipes Haas F1 Team
Auteur Basile Davoine