Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
51 jours
09 mai
Prochain événement dans
69 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
06 juin
Course dans
100 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
107 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
125 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
142 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
156 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
184 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
191 jours
12 sept.
Course dans
198 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
212 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
216 jours
10 oct.
Course dans
226 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
240 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
247 jours

Les obstacles que la F1 devra surmonter pour ses courses sprint

La nouvelle du "grand soutien" que les équipes de Formule 1 ont apporté à l'introduction de courses sprint cette année marque un tournant important pour le championnat.

partages
commentaires
Les obstacles que la F1 devra surmonter pour ses courses sprint

Après avoir utilisé le même format de week-end depuis l'introduction des qualifications en trois parties en 2006 – à l'exception des qualifications par élimination des deux premiers Grands Prix de 2016 et le week-end sur deux jours à Imola l'an passé –, la F1 est finalement à l'aube d'un changement d'approche majeur.

Il s'agit du point culminant d'années de discussions sur de possibles changements de format. La F1 a poussé pour la mise en place d'une grille inversée lors de certaines courses l'année dernière, bloquée par Mercedes, qui craignait que cela aille contre l'ADN de la discipline (et, sans doute, pour protéger son propre avantage).

La limite entre divertissement et gadget en est une sur laquelle la F1 doit avancer avec prudence au moment de réfléchir à d'éventuels changements de format, mais son nouveau PDG Stefano Domenicali a rapidement pris position. Il a clairement indiqué ce mois-ci que le projet des grilles de départ inversées était "fini", mais que les courses sprint étaient sur la table pour 2021.

"Nous réfléchissons au fait que cela puisse être testé dès cette année. Des discussions sont en cours avec les équipes, dans le bon cadre, et je pense que cela pourrait peut-être être la seule chose potentiellement intéressante."

Lire aussi :

La Commission F1 de ce jeudi a vu les équipes discuter de ce plan, et au contraire de la proposition de grille inversée, tout le monde était d'accord ; une unité rare quand il s'agit de changer le format des week-ends, mais la preuve que Domenicali a trouvé le bon équilibre pour éviter de tomber dans l'artificiel.

Un communiqué de la F1 et la FIA suite à la réunion évoquait un "grand soutien" pour l’idée de course sprint, mais que ce projet devait aussi être étoffé au travers d'un groupe de travail nouvellement formé. Le groupe aura pour objectif de mettre en place un plan complet dans les semaines qui viennent, afin qu'une décision finale soit prise avant le début de la saison.

Il y a encore plusieurs séries d'obstacles que le groupe de travail devra surmonter pour que le projet de course sprint aille au bout, des détails supplémentaires étant nécessaires. Mais le principal ayant été franchi – l'approbation initiale par les écuries –, le reste ne devrait avec un peu de chance être qu'une formalité.

Il faut insister sur le fait que les courses sprint ne remplaceront pas totalement les qualifications. L'idée pour 2021 est qu'elles se tiennent lors de trois Grands Prix (Canada, Italie et Brésil) dans le cadre d'un effort pour dépoussiérer certains éléments de la F1 afin d'attirer de nouveaux fans.

Les qualifications se tiendraient tout de même dans leur format actuel, le vendredi après-midi, ce qui ne laisserait qu'une seule séance d'essais libres le vendredi matin. Ces qualifs serviraient à former la grille de la course sprint, dont le résultat permettrait d'établir l'ordre de départ de la course du dimanche.

Mais l'une des questions que les équipes ont posé pendant la réunion concernait le statut du vainqueur de la course sprint. Serait-il crédité de la "pole position" officielle pour le GP ? Ou cela serait-il uniquement réservé au format qualificatif normal, faisant alors du vainqueur de la course sprint un "vainqueur de course" officiel ?

C'est un détail que la F1 devra clarifier, et pas seulement pour les livres de records. Les contrats des pilotes sont souvent centrés sur les résultats en course et les victoires, ce qui veut dire qu'il doit y avoir une définition claire de ce que seront les courses sprint sur le plan légal.

La grille

Il faudra aussi de la clarté quant à la manière dont l'ajout des courses sprint impactera les aspects techniques du déroulement d'un week-end, notamment en termes d'utilisation des pneus et de durée de vie des pièces. Une solution concernant les pneus paraît plutôt simple, étant donné que les écuries vont économiser des trains en ne faisant qu'une seule séance d'essais libres. Sur les pièces, les équipes sont sujettes à de strictes limites quant aux composants de l'unité de puissance qu'elles peuvent utiliser par saison, et les courses sprint ajouteront indubitablement de l'usure et du stress à ces pièces.

Il y aura également des questions sur des sujets comme les pénalités sur la grille, et si elles pourront ou non être infligées lors d'une course sprint ou pour la course du dimanche. Même si cela va créer de nouvelles possibilités pour les commissaires, de nombreuses questions vont certainement émerger.

Les systèmes de points et de revenus devront aussi faire l'objet d'éclaircissements. L'attribution de points ajouterait du sel aux courses sprint, et laisserait aux pilotes le choix de prendre des risques ou pas afin d'essayer de gagner des positions, surtout sur une course longue de 30 minutes.

Vu que la distance devrait être d'un tiers d'une course normale, soit 100 km, attribuer des points dans la même proportion paraîtrait logique. Cela pourrait donner un top 6 qui serait rétribué avec 8-6-5-4-2-1 points, ou le top 8 en utilisant le barème pré-2010. C'est ce genre de détails sur lesquels le groupe de travail doit plancher pour garantir que le format sera juste et ne fera pas perdre de valeur à la course du dimanche.

Une autre grosse interrogation concerne le choix des courses. Monza est une option évidente pour ce genre de format, étant donné sa nature à haute vitesse et les chances de dépasser, la course de l'année dernière ayant été le déclencheur de discussions sur des changements de format.

Interlagos et Montréal sont également deux choix logiques ; de nouveau, leur tracé favorise les dépassements. Mais il y aura inévitablement des questions quant à leur viabilité cette année, étant donné qu'aucune des deux courses n'a eu lieu en 2020. C'est un nouvel exemple de la confiance que la F1 a en son calendrier, mais il faut se demander si d'autres tracés seraient choisis si jamais ces épreuves n'avaient pas lieu.

Les courses sprint peuvent malgré tout en inquiéter certains parmi les fans purs et durs sur la direction prise par la F1, mais c'est une avancée en douceur qui ne devrait pas trop bousculer l'ADN de la discipline. Les pilotes et les équipes les plus rapides ne feront face à aucune pénalité liée à leurs succès, ce que beaucoup craignaient.

Une des inquiétudes valables réside dans ce que causerait la présence d'une autre course dans un format de week-end pour le Grand Prix lui-même, et si cela enlèverait un peu d'éclat à l'événement du dimanche. Mais comme Jonathan Noble l'a souligné dans sa chronique, le Grand Prix de Macao se déroule selon un format de course qualificative et n'a jamais souffert de cette situation. Au contraire, cela ne fait qu'ajouter au divertissement et à la variabilité, en produisant souvent des gagnants différents.

Et la beauté de tout ça est que cela peut être retiré assez facilement si nécessaire. Si, à la fin de l'année, les retours sont que les courses sprint étaient une mauvaise idée, le fait de les avoir pratiquées sur quelques épreuves rend leur retrait plus simple. L'opposé est vrai également : si c'est un succès, elles pourront facilement être étendues.

Avec les équipes favorables à l’essai des courses sprint cette année, le plus gros obstacle a déjà été surmonté. Le nouveau groupe de travail va devoir aplanir la formule, mais une fois cela fait dans les semaines qui viennent, cela devrait donner une autre raison de s'enthousiasmer pour la saison 2021 – et cela doit être envisagé comme un premier succès impressionnant pour Domenicali.

Related video

Mercedes rencontre des problèmes sur son moteur 2021

Article précédent

Mercedes rencontre des problèmes sur son moteur 2021

Article suivant

Simone Resta bientôt "concentré à 99%" sur la Haas 2022

Simone Resta bientôt "concentré à 99%" sur la Haas 2022
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Luke Smith