Ocon sur l'accrochage avec Pérez : "C'est la course"

Deux semaines après un chaud Grand Prix du Canada, la course de Bakou a produit entre les pilotes Force India un épisode bouillant avec un contact à la clé, sur lequel Esteban Ocon ne s'est pas trop étendu.

Ocon sur l'accrochage avec Pérez : "C'est la course"
Esteban Ocon, Sahara Force India F1, dans le parc fermé
Esteban Ocon, Sahara Force India VJM10
Sergio Perez, Sahara Force India
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM10
Esteban Ocon, Sahara Force India F1 VJM10
Esteban Ocon, Sahara Force India F1
Esteban Ocon, Sahara Force India F1 VJM10
Esteban Ocon, Sahara Force India VJM10

Montréal marquait le début des hostilités entre les pilotes de l'écurie de Silverstone, et même s'ils ont affirmé devant la presse toute cette semaine que les choses avaient été réglées, il faudra sans doute repasser par la case discussion pour parvenir à effacer l'accrochage qui a grandement gâché une course qui pouvait rapporter gros.

Au restart du 20e tour, le Français s'est porté à l'attaque de Sergio Pérez à l'intérieur dans le virage 2. Les deux hommes, roues dans roues à la réaccélération, se sont percutés peu après, Ocon ayant serré son équipier qui n'avait aucune place. Résultat : un aileron avant cassé et des dégâts importants pour Pérez et une crevaison à l'arrière droit pour Ocon.

Par la suite, malgré cela, le #31 est parvenu à revenir dans la hiérarchie, étant même un temps sur le podium provisoire avant de devoir s'incliner, pour finalement passer la ligne d'arrivée au sixième rang.

"Nous avons perdu beaucoup de temps avec ce contact, j'ai eu une crevaison", a-t-il déclaré à Sky Sports après la course. "Je n'ai pas encore vu les replays, c'est serré au restart. Je voulais prendre la quatrième place, il m'a un peu tassé, et au deuxième virage nous étions côte à côte et il y a eu un contact. Nous visionnerons les images et en discuterons en interne."

Également interrogé par Canal+, Ocon s'est montré plus mystérieux : "Alors… je pense que vous n’avez pas toutes les infos, déjà. Je pense qu’on va en discuter en interne. Déjà, il faut que l'on regarde toutes les images. C’est sûr que entre le [virage] 1 et le 2, il me met un coup de roue, ce qui n'était pas super, mais bon, c’est la course. Et après l’incident dans le virage 2, voilà… C’est la course et on va en discuter en interne, que ça ne se reproduise plus." Et quand la question des informations dont les observateurs ne disposent pas lui est posée, il lance : "Je ne vous le dirai pas !"

Par la suite, questionné sur le podium entrevu, il répond : "Ah… je l’avais deux-trois tours ! Mais bon, les voitures derrière allaient beaucoup trop vite, je ne pouvais pas les contenir. Donc bon, difficile avec la vitesse que l'on avait."

Puis de conclure, sur Sky Sports : "C'est parce que tant de choses se sont produites, notamment pour nous et pour les meilleures voitures. C'était possible, nous n'avons pas fait la course parfaite. Autrement, nous aurions sûrement fait le doublé ! C'est vraiment bien, je suis content du rythme et des progrès de l'équipe. Elle fait un travail fantastique. J'aurai mon podium d'ici la fin de la saison."

partages
commentaires
Wolff ne cherche pas de responsable au problème d'appuie-tête de Hamilton

Article précédent

Wolff ne cherche pas de responsable au problème d'appuie-tête de Hamilton

Article suivant

Des points dans un GP que McLaren aurait dû gagner, selon Alonso

Des points dans un GP que McLaren aurait dû gagner, selon Alonso
Charger les commentaires