Ocon et Alonso plutôt emballés par le moteur Renault

Esteban Ocon et Fernando Alonso ont fait part de leur optimisme quant à la fiabilité et aux performances de l'unité de puissance Renault 2021.

Ocon et Alonso plutôt emballés par le moteur Renault

L'heure de vérité approche quant à la hiérarchie qui va se dessiner en ce début de saison 2021. En attendant, chacun se contente de faire preuve de prudence, de renvoyer les observateurs à la première séance de qualifications de l'année, samedi à Bahreïn, et de se fier à ses impressions personnelles. Pour Esteban Ocon, ces sensations sont plutôt bonnes mais le Français sait très bien que le milieu de grille s'annonce toujours aussi serré. Alors, le Français met en avant les axes de progression d'Alpine. Car s'il ignore ce qu'ont fait les autres, il a quelques certitudes sur les améliorations apportées au package 2021.

Lire aussi :

En attendant de savoir si cela suffira, il loue principalement les qualités de la nouvelle unité de puissance Renault, installée dans l'A521. À Viry-Châtillon, on a introduit des évolutions sur le groupe propulseur cet hiver, avant de préparer un tout nouveau bloc pour 2022, qui verra le jour juste avant le gel des moteurs décrété récemment. Les nouveautés dont bénéficie aujourd'hui l'unité de puissance tricolore rassurent Ocon.

"Je pense qu'il s'agit d'un pas en avant, c'est certain", souligne-t-il. "L'équipe a travaillé dans certains domaines, et nous avons déjà vu lors des essais hivernaux que c'était un pas vers l'amélioration. Les règles sont différentes mais n'ont pas tant changé, donc les équipes ont de nouvelles idées et de nouvelles réflexions quant à ce qu'elles font. Je pense que c'est la meilleure unité de puissance que j'aie utilisée de toute ma carrière. C'est dur de comparer avec les autres."

Esteban Ocon a connu le bloc Mercedes lorsqu'il a débuté avec Manor, puis lors de son passage chez Racing Point ainsi que de ses essais avec Mercedes. Il s'agit donc de son point de comparaison le plus direct, bien qu'il faille tenir compte de l'évolution constante des moteurs depuis le début de l'ère turbo hybride en 2014. Son coéquipier Fernando Alonso, lui, a connu le bloc Ferrari, le Honda à ses (très) difficiles balbutiements chez McLaren, puis le Renault. Sans se risquer à des comparatifs, le double Champion du monde est lui aussi plutôt optimiste.

"Comparer les unités de puissance est toujours difficile, car ce n'est pas uniquement une question de puissance moteur", rappelle Alonso. "La réglementation a légèrement changé, comme avec le mode constant entre les qualifications et la course, qui a été introduit l'an dernier. Il y a toujours des choses différentes à comparer. Mais ce que je peux dire, c'est que chez Alpine, nous sommes déjà satisfaits de l'unité de puissance que nous avons cette année."

"C'est évidemment une évolution de l'an dernier, et elle était solide et très bonne lors des essais. Nous n'avons eu aucun problème et nous avons accumulé beaucoup de tours. Je crois que la différence principale que j'aie ressentie au cours des six dernières années, c'est l'amélioration de la fiabilité. C'est assez difficile de percevoir des problèmes sur n'importe lequel de ces moteurs. Il y a eu un travail impressionnant fourni par tout le monde."

partages
commentaires
Lewis Hamilton ne pense pas arrêter la F1 en 2021
Article précédent

Lewis Hamilton ne pense pas arrêter la F1 en 2021

Article suivant

Pourquoi les "nouvelles" recrues ont toutes des choses à prouver

Pourquoi les "nouvelles" recrues ont toutes des choses à prouver
Charger les commentaires