Ocon pas "rouillé" en luttant pour son premier succès depuis 2015

Même s'il a patienté plus de six ans avant de remonter sur la plus haute marche du podium au Grand Prix de Hongrie, Esteban Ocon a assuré qu'il ne s'était pas senti "rouillé" en défendant sa première position face à Sebastian Vettel.

Ocon pas "rouillé" en luttant pour son premier succès depuis 2015

Esteban Ocon a été le grand gagnant du carambolage du départ du Grand Prix de Hongrie en passant de la huitième place sur la grille de départ à la deuxième en l'espace de quelques mètres. Puis, le Français a profité de l'erreur stratégique de Mercedes pour prendre la tête de la course dans le cinquième tour. En omettant un arrêt au stand pour chausser les gommes dures, Ocon n'a jamais quitté sa position de pointe jusqu'au drapeau à damier pour offrir à Alpine une victoire surprise.

Lire aussi :

C'était la première fois qu'Ocon menait une course en F1 et, surtout, ce Grand Prix de Hongrie a marqué la première victoire du pilote depuis son unique succès en GP3 à Barcelone, en mai 2015. Pourtant, remporter cette course n'a pas été une mission facile, en dépit des abandons de pilotes Mercedes, Red Bull, McLaren et Ferrari. Du tour 5 au tour 70, Sebastian Vettel n'a pas quitté de vue l'aileron arrière d'Ocon et le quadruple Champion du monde a exercé une grosse pression sur le pilote Alpine.

D'aucuns pourraient penser que le manque d'expérience en tête d'une course et le menace Vettel allaient faire vaciller Ocon. Mais l'intéressé a révélé que rien de cela ne lui avait posé problème sur la piste.

"Non, je ne me suis pas senti rouillé", a-t-il affirmé, avant d'ajouter : "Je suis désolé de décevoir, mais il est plus facile de se battre à l'avant et de contenir ceux qui sont derrière, comme nous l'avons fait aujourd'hui, que de se battre au milieu du peloton, comme nous le faisons [habituellement]. C'est beaucoup plus difficile."

Grâce à une victoire en Espagne et dix deuxièmes places, Esteban Ocon a remporté le titre en GP3 en 2015.

Grâce à une victoire en Espagne et dix deuxièmes places, Esteban Ocon a remporté le titre en GP3 en 2015.

"Depuis que je suis arrivé en Formule 1, j'ai eu le temps de bien m'entraîner. La lutte au milieu du classement est beaucoup plus difficile que celle à l'avant. C'était difficile avec Seb qui mettait beaucoup de pression. Il m'a donné du fil à retordre mais quand vous êtes devant, vous êtes à l'air libre et vous êtes celui qui dicte le rythme sur la piste."

Cette victoire est la première pour Alpine en catégorie reine, la première depuis le retour de Renault en compétition, en 2016, et la première pour la structure d'Enstone depuis la victoire de Kimi Räikkönen au Grand Prix d'Australie 2013 (l'équipe s'appelait alors Lotus).

Lire aussi :

Ocon a cependant eu peur que sa course tourne au vinaigre lorsqu'il est rentré au stand dans le tour précédant le second départ pour chausser les pneus slicks et que Lewis Hamilton, le leader, n'a pas fait de même. Cette crainte ne fut que de courte durée car tous les pilotes l'ont suivi au stand, laissant Hamilton s'installer seul sur la grille de départ.

"Je n'ai jamais vu [Hamilton] prendre une mauvaise décision, alors c'était un peu déchirant de devoir rentrer au stand en étant deuxième", a expliqué le Français. "Mais je suis heureux que nous l'ayons fait parce que ça nous a permis de nous échapper. Les gars ont fait un super arrêt au stand aussi. L'arrêt de Sebastian a été lent, c'est probablement ce qui a fait la différence, parce que sans ça, il nous aurait fait l'undercut. Donc oui, les gars dans le garage ont fait du bon boulot."

partages
commentaires
Ferrari : Les écuries coupables devraient payer les dégâts des crashs
Article précédent

Ferrari : Les écuries coupables devraient payer les dégâts des crashs

Article suivant

Bottas : Après mon erreur, je ne pouvais plus rien faire

Bottas : Après mon erreur, je ne pouvais plus rien faire
Charger les commentaires