Ocon surpris et frustré par sa pénalité à Monza

À la suite d'un contact avec Sebastian Vettel au Grand Prix d'Italie, Esteban Ocon a été pénalisé par les commissaires. Le Français peine à accepter cette sanction et fait un parallèle avec un incident similaire resté impuni.

Ocon surpris et frustré par sa pénalité à Monza

Au quinzième tour du Grand Prix d'Italie, Esteban Ocon a défendu sa douzième place face à Sebastian Vettel. Les deux hommes ont abordé côte à côte la Variante della Roggia, deuxième chicane du circuit de Monza, Ocon à l'intérieur et Vettel à l'extérieur. La tentative de dépassement de l'Allemand s'est terminée en un contact qui a poussé le quadruple Champion du monde hors de la piste.

Reconnu coupable de ne pas avoir laissé suffisamment d'espace à son adversaire, Ocon a écopé d'une pénalité de temps de cinq secondes. La peine fut purgée dans les stands, lors de son unique arrêt de la journée, et l'a empêché de prétendre à une meilleure position que la dixième sous le drapeau à damier.

Lire aussi :

Cet incident ressemble à celui ayant mêlé Charles Leclerc et Lewis Hamilton lors de l'édition 2019 du Grand Prix d'Italie. Au même virage, toujours à l'extérieur, le Britannique avait tenté de subtiliser au Monégasque la première place avant que ce dernier ne le force à emprunter la zone de dégagement.

Leclerc s'en était tiré avec un simple drapeau noir et blanc, synonyme de carton jaune en F1, et avait remporté la course. Ocon peine donc à comprendre pourquoi le verdict des commissaires a pu être différent de celui rendu il y a deux ans.

"Ce qui s'est passé avec Sebastian est une action de course, ce n'est pas vraiment un incident de course", a expliqué le pilote Alpine. "La même chose est arrivée à Charles et Lewis en 2019, et aucune action n'a été prise. Je pense que [la pénalité] m'a coûté trois positions, donc c'est un peu frustrant."

"Nous étions l'un à côté de l'autre et un peu trop proches, mais en fait le circuit se resserre lorsque l'on arrive au point de freinage [de la Variante della Roggia]. Je n'ai pas vraiment touché au volant. La piste se rétrécit et c'est exactement ce qui s'est passé avec Charles et Lewis [en 2019]. S'il n'y a pas eu de pénalité pour cet incident, alors il ne devrait y en avoir pour moi non plus, parce que c'est la même situation. D'habitude, je suis d'accord avec les commissaires. Mais cette fois-ci, je ne le suis pas."

Interrogé sur le traitement différent de l'incident Ocon-Vettel par rapport à l'incident Leclerc-Hamilton, Michael Masi a expliqué que la FIA et les équipes avaient convenu après l'édition 2019 que la sanction infligée à Leclerc n'avait pas été assez sévère.

"[Les incidents sont] similaires, mais ce ne sont pas les mêmes", a commenté le directeur de course. "Après [la course de] 2019, nous avons longuement discuté avec tous les pilotes, les directeurs d'équipe et les directeurs sportifs. Pour cette situation, nous avons estimé qu'une pénalité de cinq secondes aurait été meilleure qu'un drapeau noir et blanc. Donc, c'est exactement ce qui s'est passé."

Plus tôt dans la course, Ocon avait déjà été épinglé par les commissaires lorsqu'il lui a été ordonné de laisser passer Nicholas Latifi car le dépassement sur le Canadien avait été complété en dehors des limites du circuit. Quatre tours plus tard, le Français avait finalement obtempéré.

En dépit de ces deux incidents, Ocon a quitté l'Italie avec un point de plus, et son coéquipier Fernando Alonso avec les quatre points de la huitième place. Le total est faible, mais le Français reste satisfait de la performance d'Alpine sur un tracé ne convenant pas aux caractéristiques de l'A521.

"Cette course ne reflète pas le travail que nous avons fait ce week-end. C'était un week-end difficile au niveau de la vitesse, mais je pense que la P7 ou la P6 aurait pu être possible. Donc oui, c'est un peu frustrant avec les incidents qui se sont produits sur la piste et les pénalités", a-t-il avancé. "Nous pouvons toujours extraire plus [de performance] que ce que la voiture peut offrir en course et aussi en qualifications. Dernièrement, nous avons été très performants sur ce point. Que les deux voitures soient dans les deux points, même si c'est un petit score, est très important pour nous."

partages
commentaires
Il y a 20 ans : le GP que Schumacher ne voulait pas courir
Article précédent

Il y a 20 ans : le GP que Schumacher ne voulait pas courir

Article suivant

La FIA étudie le comportement du harnais dans l'accident de Sainz

La FIA étudie le comportement du harnais dans l'accident de Sainz
Charger les commentaires