Oliver Rowland nommé pilote de développement Renault

partages
commentaires
Oliver Rowland nommé pilote de développement Renault
13 avr. 2017 à 08:43

Renault vient d'officialiser la présence d'Oliver Rowland au poste de pilote de développement pour la saison 2017.

Oliver Rowland, DAMS
Oliver Rowland, DAMS
Oliver Rowland, DAMS
Oliver Rowland, DAMS
Oliver Rowland, DAMS
Oliver Rowland, DAMS
Oliver Rowland, DAMS
Oliver Rowland, DAMS
Oliver Rowland, DAMS
Oliver Rowland, DAMS

Oliver Rowland était membre de la Renault Sport Academy l'an passé, et s'il n'y a pas été reconduit, tout indiquait qu'il allait tout de même conserver un rôle sous l'égide de la marque au losange.

Le champion de Formule Renault 3.5 2015 – année lors de laquelle il travaillait d'ailleurs sur le simulateur de Mercedes F1 – ne connaît toutefois pas encore son programme F1 pour la saison à venir.

"En matière de temps de piste, ce que je ferai n'est pas encore défini", déclare Rowland pour Motorsport.com. "Mais j'espère obtenir des rookie days ou des essais Pirelli, par exemple. J'imagine que ça dépendra en partie de mes performances en F2. Le championnat de F2 est ma priorité et je sais que si j'y fais du bon travail, j'espère pouvoir être récompensé d'une certaine façon en F1."

Neuvième de sa première saison en GP2 après avoir mené le championnat à l'issue d'une première moitié de saison chaotique, le Britannique a bien l'intention de décrocher le titre pour sa deuxième campagne en Formule 2, afin de se hisser en Formule 1. C'est d'ailleurs ce qu'ont fait Romain Grosjean et Jolyon Palmer avec DAMS, tandis que Davide Valsecchi, également sacré avec l'écurie sarthoise, n'a jamais été titularisé en catégorie reine.

"J'aime à penser que si je gagnais la F2 en plus de la FR3.5, je recevrais un rôle encore plus important en F1 l'an prochain", ajoute Rowland.

Faire quelque chose de spécial en F2

Un titre en Formule 2 n'est toutefois pas gage de baquet en Formule 1. Jolyon Palmer et Stoffel Vandoorne, sacrés en 2014 et en 2015 respectivement, ont dû patienter un an avant de trouver un volant, tandis que Davide Valsecchi (2012) et Fabio Leimer (2013) n'y sont en effet jamais parvenus. Pierre Gasly, Champion en titre, court actuellement en Super Formula dans l'espoir qu'une place se libère chez Toro Rosso l'an prochain.

Rowland en est bien conscient : le titre n'est pas son seul objectif. "Pour arriver en F1, il faut faire quelque chose de spécial. Si on peut gagner d'une façon dominatrice, alors je pense que ça ajoute un plus quand on recherche un baquet en F1 pour 2018."

L'an passé, l'Anglais évoluait au sein d'une écurie MP Motorsport qui n'a jamais joué les avant-postes en GP2. Par conséquent, rejoindre une structure de la qualité de DAMS devrait représenter un atout majeur dans la saison à venir.

"J'ai tout le soutien de Jean-Paul Driot et François Sicard, et ils m'aident vraiment à changer mon approche des week-ends de course. Je vais à l'usine avant chaque séance d'essais et chaque course ; l'an dernier, je n'ai pas du tout fait de simulateur pour le GP2, mais là, j'en fais beaucoup avec l'équipe", conclut Rowland.

Avec Alex Kalinauckas

Prochain article Formule 1
Haas : Magnussen "a prouvé des choses" en Chine

Previous article

Haas : Magnussen "a prouvé des choses" en Chine

Next article

Technique - Toutes les nouveautés techniques vues en Chine

Technique - Toutes les nouveautés techniques vues en Chine

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Oliver Rowland
Équipes DAMS , Renault F1 Team
Type d'article Actualités