Paddy Lowe mis à l'écart d'une écurie Williams en difficulté

partages
commentaires
Paddy Lowe mis à l'écart d'une écurie Williams en difficulté
Par :
6 mars 2019 à 20:22

L'écurie Williams a confirmé la mise à l'écart de son directeur technique, à un peu plus d'une semaine de l'ouverture de la saison en Australie. Paddy Lowe paye à n'en pas douter un hiver chaotique et pas à la hauteur des attentes du côté de Grove.

Le couperet a vraisemblablement fini par tomber pour Paddy Lowe, directeur technique de l'écurie Williams. L'avenir du Britannique s'était assombri depuis quinze jours, en dépit du refus de commenter les rumeurs de la part des dirigeants de l'équipe de Grove. L'intéressé était le premier à insister, la semaine dernière, sur le besoin selon lui de stabilité malgré une période très difficile. Il n'en sera rien.

Arrivé chez Williams il y a deux ans, en qualité de directeur technique mais en devenant également actionnaire, l'ancien ingénieur de McLaren et Mercedes prend du recul. Il fait sans aucun doute les frais d'une saison 2018 ratée, au cours de laquelle l'équipe a plongé à la dernière place du championnat constructeurs, mais surtout du chaos qui a régné durant le mois écoulé. Un porte-parole de Williams a confirmé à Motorsport.com que Lowe "prend congé de l'entreprise pour des raisons personnelles", sans préciser la signification de cette annonce à plus long terme, ni l'incidence immédiate sur l'organigramme.

Lire aussi :

Williams a pris un retard considérable au moment de finaliser la construction de sa nouvelle monoplace, sans jamais préciser officiellement l'origine des problèmes. Rapidement, Paddy Lowe a été montré du doigt et des ennuis de production sous-entendus, mais l'équipe a fait corps durant la période des essais hivernaux. À Barcelone, la FW42 n'est arrivée qu'au matin du troisième jour de test, ce qui a coûté un temps de piste précieux à Robert Kubica et George Russell.

Les pilotes n'ont ainsi pu s'atteler à un véritable programme d'essais que lors des quatre derniers jours en Catalogne, tout en subissant parfois l'absence de pièces de rechange pour mener à bien ce qui devait l'être. Fataliste, Kubica affichait une confiance en berne en fin de semaine dernière, affirmant par ailleurs qu'il ne connaissait probablement pas plus de "20%" de ce dont il avait besoin au sujet de la nouvelle FW42.

En dépit de la situation délicate dans laquelle se trouve Williams, Paddy Lowe estimait que l'équipe avait réalisé un travail essentiel lors des journées de roulage disponibles. Il avait toutefois écarté la possibilité de voir une évolution majeure de la voiture être introduite pour le premier Grand Prix de la saison, à Melbourne, affirmant que l'écurie n'était "pas préparée" pour un tel cas de figure et ajoutant que seul un "un modeste niveau d'évolution" serait visible en Australie. Cette manche d'ouverture se fera finalement sans lui.

Avec Adam Cooper et Scott Mitchell  

Robert Kubica, Williams FW42

Article suivant
Ticktum vise un test F1 avec Red Bull en 2019

Article précédent

Ticktum vise un test F1 avec Red Bull en 2019

Article suivant

La F1 est "en retard" pour les changements prévus en 2021

La F1 est "en retard" pour les changements prévus en 2021
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Williams
Auteur Basile Davoine
Be first to get
breaking news