Palmer accuse une "rafale de vent" pour son tête-à-queue

Jolyon Palmer avait bon espoir de réitérer son résultat de Singapour, où il avait ouvert son compteur de points avec la sixième place, au Grand Prix de Malaisie. Hélas, sa course ne s'est pas du tout passée comme il l'espérait.

Jolyon Palmer s'est qualifié 12e à Sepang, échouant pour une 14e fois d'affilée à battre son coéquipier Nico Hülkenberg sur un tour, avant de passer la quasi-intégralité de la course hors du top 10.

Palmer occupait la 12e place, à peine une seconde derrière Hülkenberg, lorsqu'il a été aperçu en tête-à-queue dans l'avant-dernier virage, ayant perdu le contrôle de sa Renault R.S.17.

"Je pense que j'étais plus rapide [que Hülkenberg] à ce moment-là", estime le Britannique pour Motorsport.com. "Puis j'ai perdu le contrôle, parce que j'étais trop proche de lui. On a vu qu'il y avait un fort vent arrière, qui affecte l'aspiration, et il y a eu une rafale. J'ai perdu beaucoup d'aéro. J'ai tourné à peu près de la même façon que les autres tours, et tout d'un coup, j'ai perdu l'arrière."

"J'ai eu beaucoup de difficultés dans ce virage en EL3 avec le survirage, mais nous avons modifié la voiture par la suite et c'était bien mieux. Elle était bonne en qualifications, et stable en course. Puis il y a eu un tour où elle était très différente des autres tours, cela m'a vraiment pris par surprise."

Une deuxième faute à sa charge

Palmer s'est alors fait dépasser par Fernando Alonso avant d'immédiatement se retrouver sous la pression de Kevin Magnussen, tandis que Max Verstappen revenait sur leurs talons pour leur prendre un tour.

Le pilote Red Bull a pris l'avantage dans la ligne droite des stands grâce au DRS, tandis que Palmer tentait tant bien que mal de résister à l'assaut de son rival – sans succès, puisqu'il est parti en tête-à-queue au premier virage, quelques secondes après sa faute précédente, avec un léger contact à la clé entre la Renault et la Haas.

"Mes pneus arrière étaient très chauds après le tête-à-queue", explique l'Anglais. "Verstappen m'a pris un tour et s'est rabattu juste devant moi, donc je n'avais plus d'aéro et j'essayais déjà de limiter les pertes suite au tête-à-queue. C'était agaçant."

"C'était ambitieux d'essayer de maintenir Kevin derrière après mon tête-à-queue. C'était une erreur, j'ai perdu beaucoup d'appui quand Max était littéralement juste devant moi. Je n'ai touché [Magnussen] qu'en partant en tête-à-queue. Je suis content que les commissaires n'aient rien fait."

Espoir d'un "week-end normal"

Palmer a perdu 16 secondes avec ces deux pertes de contrôle et ne s'est classé que 15e, à 14 secondes du top 10. Il a toutefois l'honnêteté de reconnaître qu'il n'aurait probablement pas marqué de points de toute façon, malgré son potentiel.

"Nous avons plus ou moins le rythme pour être dans les points tout le temps", affirme le pilote Renault. "Sans les tête-à-queue, j'aurais été 11e, donc c'est serré. Mes EL3 se sont très mal passés avec une défaillance de freins et l'incident avec Verstappen à la fin [un accrochage au dernier virage, ndlr]. Cela m'a mis en difficulté pour les qualifications."

"Un week-end normal, avec une voiture légèrement meilleure, sans être en difficulté à cause des essais libres et avec un bon départ, devrait nous permettre de retrouver les points."

Propos recueillis par Lawrence Barretto

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Malaisie
Circuit Sepang International Circuit
Pilotes Jolyon Palmer
Équipes Renault F1 Team
Type d'article Actualités