Pas de garantie pour Monza ; Sotchi bientôt de nuit?

Bernie Ecclestone a évoqué l'avenir du Grand Prix d'Italie et du Grand Prix de Russie.

Si les autorités locales se sont récemment montrées confiantes, notamment grâce à une exonération d’impôts votée en faveur du circuit de Monza, le Grand Prix d’Italie n’est pas encore sauvé. C’est ce qu’a laissé entendre Bernie Ecclestone dans le paddock de Spa-Francorchamps en se montrant incertain quant à la signature d’un nouveau contrat. 

Interrogé sur la signature prochaine d’un nouveau contrat, le grand argentier de la Formule 1 a assuré qu’il n’en avait "pas la moindre idée". La question financière reste le principal point d’achoppement à ce jour.

"Nous sommes évidemment heureux d’être à Monza mais nous ne faisons pas les choses à prix réduit", a-t-il répété. "Nous verrons quand nous serons là-bas. Ils ont un contrat, tout ce qu’ils ont à faire est de trouver un stylo. C’est facile. Nous avons eu un accord avec eux il y a deux ans, donc s’ils continuent avec c’est OK."

Dans le paddock belge, Ecclestone a également rencontré les organisateurs du Grand Prix de Russie, qui sera avancé au mois de mai à partir de la saison prochaine. 

Tout en assurant que les spectateurs pouvaient déjà réserver leurs billets "pour les dix prochaines années", preuve de l’accord solide entre Sotchi et la FOM, la possibilité d’organiser la course en nocturne à l’avenir semble se renforcer. "Nous en avons parlé, peut-être en 2017", a soufflé Ecclestone. 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags bernie ecclestone, circuit, fom, italie, monza, russie, sotchi