Pas de miracle pour Renault avant 2015

Bien que les progrès soient réels et constants, Renault accuse toujours un retard important sur la concurrence, à commencer par Mercedes

Bien que les progrès soient réels et constants, Renault accuse toujours un retard important sur la concurrence, à commencer par Mercedes. Le motoriste français paye au prix fort le retard accumulé avec son programme V6 turbo, sur lequel il n’a pas travaillé aussi tôt que les autres par le passé. « Nous n’avons pas été assez rapide sur la piste pour satisfaire nos équipes, et bien sûr nous aurions aimé faire les choses différemment », rappelle d’ailleurs Rob White, directeur adjoint de Renault Sport F1.

En raison du gel des moteurs, Renault peut difficilement combler l’écart. Le travail sur la partie logicielle est le plus important pour tenter d’améliorer les performances, mais là aussi les restrictions de développement viennent limiter les avancées.

« L’opportunité de changer la spécification du logiciel est extrêmement limitée en cours de saison », rappelle White. « Jusqu’à maintenant, ce n’était pas un obstacle aux progrès que nous avons été en mesure de faire. Mais nous insistons sur ce point avec la feuille de route qui est la nôtre. Pour le moment, les règles sont extrêmement claires : nous ne pouvons pas changer la spécification sans l’approbation de la FIA, qui n’est normalement pas donnée pour l’amélioration de la performance. »

--
Lire aussi :

Red Bull, team laboratoire de Renault Sport F1 en vue de 2015


--

Ainsi, les progrès les plus conséquents sont à attendre pour 2015, lorsque les motoristes pourront de nouveau modifier à leur guise les unités de puissance, avant un nouveau gel. Un virage que ne devra pas manquer Renault.

« Nous avons pu faire des progrès cette année pour réduire l’écart avec nos concurrents. Nous avons encore du travail en cours et cela donnera de nouvelles améliorations. Mais bien sûr il y a du travail à long terme qui pourra être fourni durant l’hiver, en raison des règles, et qui ne peut pas l’être en cours de saison. »

Quoi qu’il en soit, White n’érige pas le gel des moteurs en excuse. « Les règles techniques et sportives sont les contraintes avec lesquelles nous travaillons, et notre travail est d’en tirer le meilleur », insiste-t-il. « Ce n’est pas sûr que ce serait mieux ou pire avec des restrictions d’homologation différentes. »

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités