Pat Symonds y croit encore, la saison commence ? peine

Pat, plusieurs jours se sont écoulés depuis la course de Melbourne

Pat, plusieurs jours se sont écoulés depuis la course de Melbourne. Quelles conclusions avez-vous tiré de ce week end ?
Je pense que notre plus grande surprise a été le gap qui nous sépare des McLaren et de BMW, plus grand que ce que nous pensions à l’issue des derniers essais hivernaux à Bahreïn. Avant d’attaquer la première course, nous étions pleinement conscients que notre niveau de performance n’était pas suffisant et que Ferrari était clairement l’écurie à battre. Cependant, nous pensions que nous pouvions lutter avec BMW et que nous n’étions pas si loin du rythme des McLaren. La réalité a prouvé que nous étions derrière, que ce soit en qualifications ou en course.

Giancarlo a mené une course agressive pour terminer finalement en cinquième position. Comment évaluez-vous sa prestation ?
Giancarlo a mené une course relativement claire et a fait ce que nous pouvions attendre de lui dimanche. Il a été un peu gêné dans le trafic lors de son second relais ce qui lui a fait perdre du temps sur les BMW. Mais il s’est montré agressif lorsqu’il le fallait, notamment face à Trulli après son premier ravitaillement et a su défendre sa position face à Massa. Je crois qu’il a donné le maximum et qu’il a décroché la place que la voiture méritait.

Les débuts de Heikki en F1 se sont révélés plus compliqués…
Oui, on peut dire qu’il a démarré du mauvais pied dès le départ de ce week end. Les problèmes rencontrés sur la voiture lors de la deuxième et troisième séance lui ont coûté un temps de roulage précieux et cela ne l’a certainement pas aidé à bien se qualifier. Lorsque vous partez dans le paquet, vous êtes pris dans le trafic pendant une grande partie de la course et je crois que quelques-unes des erreurs qu’il a commises résultaient de cette frustration de se retrouver dans cette situation. Lorsque nous avons signé Heikki, nous avons accepté le fait que, en tant que rookie, il commettrait des erreurs cette année. Nous en avons vu certaines à Melbourne mais quelques-unes des nombreuses raisons pour lesquelles nous croyons en lui reposent sur le fait que nous le savons réaliste, honnête et intelligent. Nous n’avons aucun doute qu’il tirera une leçon de la course de dimanche et je ne crois pas qu’il les répètera.

Comment l’équipe va-t-elle réagir aux résultats de Melbourne ?
Dans un sens, nous n’allons pas réagir. La première course a permis de quantifier le déficit de performance dont nous souffrons mais nous étions déjà conscients que notre niveau de performance n’était pas suffisant. Par conséquent, nous nous sommes efforcés depuis déjà plusieurs semaines à déterminer d’où pouvait provenir ce déficit. Nous ne devons pas faire face à un défaut fondamental dans le comportement de la voiture puisque nos deux pilotes ont dit que la monoplace était raisonnablement bien équilibrée. Notre principale priorité sera donc de tirer le meilleur des pneus mais surtout d’avoir une stratégie de développement très agressive en ce qui concerne l’aérodynamique de la monoplace.

Il y a douze mois, l’équipe était en tête du championnat du monde Constructeurs ; cette année, elle est à la quatrième place. Cela change-t-il votre approche en ce qui concerne les courses à venir ?
Ces dernières années, Renault a connu beaucoup de réussite dans l’application de certains principes dans le développement de sa voiture et dans sa façon d’aborder la course. Avant tout, c’est notre honnêteté et notre rigueur avec nous-mêmes qui ont payé. Nous sommes aujourd’hui dans une situation où nous devons appliquer ces principes tels que cette honnêteté qui nous caractérise et où nous devrons nous montrer prêts à sortir des sentiers battus et dévier de ce qui, par le passé, nous a permis de gagner. Si nous sommes capables de cela, nous serons sans doute en mesure de revenir au niveau de nos concurrents.

L’équipe sera en piste la semaine prochaine en Malaisie. Quelle est l’importance de ces trois jours d’essais ?
Je crois que , dans le contexte règlementaire que nous connaissons cette saison, ils sont aussi importants que toute autre séance. Ces trois jours d’essais représenteront 12,5% des essais autorisés pendant le championnat et nous devrons les exploiter au mieux ! Nous savons que notre niveau de performance n’est pas tel qu’il devrait être et notre challenge est désormais d’avancer et de rectifier le tir.

source : RenaultF1

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes McLaren , Ferrari
Type d'article Actualités