Les pénalités moteur sur la grille, un mal nécessaire selon Wolff

Toto Wolff, le directeur exécutif de Mercedes, estime que les pénalités sur la grille pour les infractions moteur sont le meilleur compromis possible en Formule 1 pour ne pas permettre de manipulations aux équipes.

Les pénalités moteur sur la grille, un mal nécessaire selon Wolff

Depuis le retour de la trêve en F1, deux Grands Prix ont été marqués par de nombreuses pénalités moteur qui ont grandement modifié le visage des grilles de départ. Les épreuves de Spa et de Monza ont en effet vu beaucoup de pilotes monter de nouvelles pièces hors quota. Respectivement, ce sont ainsi sept et neuf pilotes qui étaient concernés par un tel recul.

Le choix de ces deux circuits pour écoper de pénalités s'explique par le fait qu'ils sont parmi ceux où les dépassements sont les plus aisés, donc où il est normalement le plus simple de revenir à un rang logique en course en dépit d'une position lointaine sur la grille.

Toutefois, le samedi après-midi du GP d'Italie, il a fallu attendre de longues heures pour la parution de la première version provisoire de la grille de départ par la FIA, ce qui a laissé les équipes et une partie du public dans l'expectative. D'aucuns ont appelé, dans ce contexte, à réfléchir à la possibilité d'un meilleur système que des places de pénalité pour sanctionner les changements hors quota de composants de l'unité de puissance.

Toutefois, pour le directeur de Mercedes Toto Wolff – dont le pilote, Lewis Hamilton, s'est élancé 19e sur la grille à Monza après avoir dû monter un tout nouveau moteur en raison des dégâts provoqués par son accrochage avec Fernando Alonso à Spa –, il n'y a pas vraiment de meilleur moyen de faire les choses : "Nous devons nous rappeler pourquoi ce système existe. Du côté du châssis, nous sommes plafonnés en termes de coûts, et nous ne l'étions pas auparavant. Du côté du moteur, nous ne sommes pas encore plafonnés."

Toto Wolff, directeur exécutif de Mercedes

Toto Wolff, directeur exécutif de Mercedes

"S'il n'y avait pas de pénalités de grille, nous aurions des moteurs de qualifications. Et pas cinq, mais 20 ! Les grandes équipes et les constructeurs dépenseraient ce qu'ils voudraient pour avoir un avantage. C'est pourquoi il doit y avoir un facteur pour limiter et éviter cela. C'est donc de là que ça vient. Mais est-ce que c'est devenu trop compliqué ? Certainement."

Comme souvent, l'idée d'un retrait de points au championnat constructeurs, en lieu et place de pénalités sur la grille, a été évoquée. Mais Wolff affiche son scepticisme face à une telle idée : simplement perdre des points pourrait amener les écuries à sacrifier le classement constructeurs pour bénéficier de moteurs évolués dès que possible et gagner le titre des pilotes. 

"Un point négatif pourrait être que le championnat pilotes est celui qui compte, et que vous ne faites qu'empiler des moteurs, en accumulant des déductions [de points] chez les constructeurs, mais en gagnant le championnat avec un pilote parce qu'il a une nouvelle unité de puissance à chaque course", a-t-il ainsi lancé.

Toutefois l'Autrichien estime que le nombre de changements déjà effectués hors quota cette saison doit mener à un débat sur la limite annuelle fixée (à trois exemplaires pour les principales pièces des unités de puissance) par la réglementation. Quoi qu'il en soit, pour lui, les équipes chercheront toujours à maximiser leur performance et à se frotter aux limites si un gain en performance est à la clé.

"Je pense que nous devons reconsidérer le moment où la limite des moteurs entre en jeu, et ainsi tout cela [les pénalités excessives sur la grille] disparaîtra. Mais quand même, nous ne voulons pas avoir une course à l'armement sur les moteurs introduits. Quelle que soit la liberté que vous nous donnez, ce sera le cas et nous le ferons de manière encore plus stratégique s'il ne s'agit que de cinq ou dix places. Nous grillerons un moteur par course parce qu'il sera trois dixièmes plus rapide que celui d'avant. Donc il faut qu'il y ait une certaine dissuasion."

Lire aussi :
partages
commentaires

Related video

AlphaTauri confirme Yuki Tsunoda pour la saison 2023
Article précédent

AlphaTauri confirme Yuki Tsunoda pour la saison 2023

Article suivant

Leclerc s'amuse au volant d'une Ferrari des années 1960

Leclerc s'amuse au volant d'une Ferrari des années 1960