Pénalités moteur : Red Bull attend de connaître le calendrier final

On sait déjà que les Red Bull écoperont de pénalités moteur cette saison, mais où ? Ce n'est pas encore décidé.

Pénalités moteur : Red Bull attend de connaître le calendrier final

Honda l'a révélé ce jeudi, Max Verstappen et Sergio Pérez ont chacun perdu leur seconde unité de puissance, le premier dans son accident à haute vitesse à Silverstone après une touchette avec Lewis Hamilton, le second dans le carambolage survenu au départ du Grand Prix de Hongrie. Ces groupes propulseurs ne pourront plus être employés en qualifications ni en course, le motoriste japonais espérant toutefois sauver celui de Verstappen pour une utilisation modérée en essais libres.

Il n'y a donc aucun doute : équiper les deux RB16B d'une quatrième unité de puissance – au-delà du quota autorisé – sera inévitable, entraînant des pénalités sur la grille… reste à savoir quand. La Formule 1 s'efforce de recomposer son calendrier de la seconde moitié de saison, dans un contexte où les Grands Prix de Singapour, d'Australie et du Japon ont été annulés, tandis que d'autres sont menacés, comme la Turquie ; le circuit du Mugello et le Qatar sont des candidats potentiels à l'organisation d'une course.

Lire aussi :

"Bien sûr, nous allons devoir prendre des pénalités plus tard dans l'année", a indiqué Christian Horner, directeur de Red Bull Racing, à Sky Sports F1 pendant les essais de vendredi. "La question est quand, d'un point de vue stratégique. Je pense que nous allons attendre de voir exactement à quoi va ressembler l'évolution du calendrier. Il faut choisir le bon moment pour le faire stratégiquement : est-ce qu'on le fait tôt ou est-ce qu'on le fait un peu plus tard, est-ce qu'on choisit un moment où on connaît peut-être une mauvaise séance et où c'est le moment de faire le changement ?"

Spa-Francorchamps n'est pas un mauvais circuit pour encaisser des pénalités sur la grille, puisque les dépassements y sont considérés plus faciles que la moyenne. Valtteri Bottas et Lance Stroll, sanctionnés pour avoir provoqué le carambolage en Hongrie, l'ont eux-même souligné. Cependant, compte tenu de la pluie attendue pour la course, Horner n'était pas convaincu que ce soit une bonne idée.

"C'est un circuit ouvert, on peut dépasser ici, mais en même temps, si on se qualifie bien, a-t-on envie d'être dans les projections d'eau ? On a vu le danger d'être dans une course humide au dernier Grand Prix. C'est quelque chose que nous évaluons et étudions constamment. Je pense que tant que l'on est flexible avec ça, la bonne opportunité se présentera", a-t-il conclu.

partages
commentaires
Verstappen veut une révision du système de pénalités moteur

Article précédent

Verstappen veut une révision du système de pénalités moteur

Article suivant

Avec la Turquie mais sans le Qatar : la F1 met à jour son calendrier

Avec la Turquie mais sans le Qatar : la F1 met à jour son calendrier
Charger les commentaires