Pérez agacé par les manœuvres de Mazepin et Norris

Ayant pris le départ depuis la voie des stands à Zandvoort, Sergio Pérez a accroché la huitième place mais espérait mieux. Il estime que deux incidents lui ont coûté la sixième position.

Pérez agacé par les manœuvres de Mazepin et Norris

Le Grand Prix des Pays-Bas s'annonçait compliqué pour Sergio Pérez. Éliminé en Q1 à la surprise générale, le pilote Red Bull ne s'est qualifié que 16e, ce qui représentait l'opportunité idéale d'être équipé d'une nouvelle unité de puissance en encaissant des pénalités moteur à l'impact moindre.

Pérez a ainsi pris le départ depuis la voie des stands et a entamé sa remontée face aux pilotes Haas, mais a buté pendant cinq tours sur Nikita Mazepin. La défense robuste de ce dernier a mené Pérez à un blocage de roue conséquent avec ses pneus durs, et il est rentré au stand dès le huitième tour de course pour en changer, se retrouvant relégué à plus d'une minute du leader et à 28 secondes des points.

Lire aussi :

Le Mexicain ne s'est pas laissé décontenancer et a enchaîné sept dépassements en piste pour remonter jusqu'au huitième rang, à deux secondes et demie de la sixième place – ce alors que Lando Norris lui a opposé une farouche résistance pendant six tours, jusqu'à tasser la Red Bull hors de la piste à la sortie du virage de Tarzan.

Malgré tout, Pérez voit sa huitième place comme un excellent résultat. "Nous sommes parvenus à limiter la casse, surtout sur ce circuit où il est impossible de dépasser sans prendre beaucoup de risques", souligne-t-il. "Notre course a vraiment été grandement compliquée par Nikita au début, car j'ai fait un plat sur mes pneus, il a changé de trajectoire très tard au freinage, et juste pour l'éviter j'ai fait un plat sur mes pneus. Il a fallu que je rentre au stand et que je reparte de zéro. Cela nous a probablement coûté la sixième place."

part ça, ça a été une course raisonnable, à part le contact avec Lando également, qui a arraché le côté droit du fond plat et a coûté cher, je pense que cela a également coûté la sixième place. J'étais là, je n'avais nulle part où aller. Je pense qu'il était plutôt évitable de se toucher à ce moment-là."

Lando Norris, McLaren MCL35M, Sergio Perez, Red Bull Racing RB16B

Norris a toutefois un point de vue bien différent sur l'incident en question. "Je me disais juste que je n'allais pas lui rendre la vie facile, vous savez ?" explique le pilote McLaren au micro de Sky Sports F1. "Je pense que nous pouvons nous satisfaire de nous battre avec lui, il est dans une Red Bull, il est dans la voiture la plus rapide en piste. Je pense qu'il faut traiter tous les pilotes de la même manière, que l'on se batte contre Max, Lewis ou qui que ce soit, et je ne vais pas lui faciliter la vie, car je veux ces points tout autant que lui."

"Bref, j'ai tenté, je l'ai un peu tassé mais je ne l'ai pas complètement poussé hors de la piste, rien de tel. Nous nous sommes tous deux battus durement. Il a pas mal levé le pied dans le premier virage et je ne voulais simplement pas lui laisser beaucoup de place – je lui en ai laissé assez, simplement pas des kilomètres. Aucun de nous deux n'a eu d'accident, et je crois qu'il a quand même dépassé quelqu'un d'autre après. Bref, rien à dire."

Pérez se félicite en tout cas de disposer d'une nouvelle unité de puissance – "nous tiendrons jusqu'à la fin de l'année" – et de la victoire de son coéquipier Max Verstappen. Quant au directeur d'équipe Christian Horner, il salue la remontée "fantastique" de Pérez : "Il est le seul gars que je voyais vraiment dépasser. Remonter dans les points et en marquer d'importants pour nous – c'était une course très solide de sa part." Red Bull n'est qu'à 12 points de Mercedes au championnat des constructeurs.

partages
commentaires
Turquie et États-Unis, principaux doutes dans le calendrier

Article précédent

Turquie et États-Unis, principaux doutes dans le calendrier

Article suivant

Mattia Binotto : La transition vers des carburants durables est un "enjeu majeur"

Mattia Binotto : La transition vers des carburants durables est un "enjeu majeur"
Charger les commentaires