Pérez : Un contrat d'un an ne met pas une pression supplémentaire

Même s'il n'a été prolongé par Red Bull que pour une saison, Sergio Pérez affirme qu'un contrat à court terme avec l'écurie autrichienne n'est pas une source de stress.

Pérez : Un contrat d'un an ne met pas une pression supplémentaire

Sergio Pérez a connu une première partie de saison mouvementée au sein de sa nouvelle équipe, Red Bull Racing, et face à son nouveau coéquipier, Max Verstappen. Si le Mexicain a remporté le Grand Prix d'Azerbaïdjan, il a également vécu de nombreuses frustrations au volant de la RB16B, et cela se ressent au classement général. Après 14 courses, le leader Verstappen compte 108,5 points d'avance sur Pérez, seulement cinquième.

Red Bull a néanmoins décidé de conserver sa recrue pour la saison 2022, tandis que Pierre Gasly, redevenu pilote Toro Rosso/AlphaTauri en 2019, fait tout son possible pour retrouver la maison-mère et n'hésite pas à le faire savoir en public. Pour Pérez, cette situation signifie qu'il sera dans l'obligation de réaliser d'excellentes prestations en 2022 pour ne pas être remplacé par Gasly ou par un autre pilote en 2023. Mais selon le Mexicain, son contrat à court terme ne l'a jamais perturbé lorsqu'il était en piste.

"Cela ne fait aucune différence", explique-t-il à Motorsport.com à ce sujet. "Même si notre contrat est plus long, nous restons des pilotes et nous voulons être au rendez-vous lors de chaque week-end. Pour être honnête, je n'y prête pas vraiment attention. La seule chose à laquelle je pense, c'est le week-end suivant. Et ça marche aussi dans l'autre sens, je ne me dis jamais : 'Oh, j'ai mon contrat pour l'an prochain, je peux me détendre'. Non, pas du tout. Si je pensais comme ça, je n'aurais jamais été là de toute façon."

Lire aussi :

L'annonce de la prolongation de Pérez a été faite quelques semaines après que Helmut Marko et Christian Horner ont annoncé à leur pilote qu'ils le conservaient. Bien que les deux chefs du taureau rouge aient pour habitude de ne pas être tendre avec les membres du giron et que le Mexicain ait connu des moments difficiles en 2021, Pérez assure avoir bâti une relation de confiance avec ses supérieurs.

"Quelques courses avant [l'annonce], Helmut et Christian m'ont dit que je n'avais pas à regarder ailleurs parce qu'ils étaient satisfaits avec moi et voulaient me prolonger", poursuit-il. "C'était réciproque, donc c'était assez clair. Nous avons noué une grande confiance en cette courte période, ce qui est important. Si Christian et Helmut me disent quelque chose, je les crois sur parole. Donc je n'étais pas inquiet."

Compte tenu de l'écart entre Verstappen et Pérez au championnat et du faible nombre de courses restantes, Pérez se contente désormais du rôle peu flatteur de porteur d'eau. Le Mexicain a pourtant démontré à plusieurs reprises cette saison que son rythme en course n'avait rien à envier à celui de son coéquipier, néanmoins les qualifications lui ont régulièrement fait défaut. C'est donc un exercice à améliorer.

"Je dois franchir un cap avec les séances qualificatives. Le rythme en course est là, mais nous devons faire mieux en qualifications. Le bon côté, c'est que le delta avec Max en qualifications a pour habitude de disparaître en course. On se rapproche énormément mais je dois aussi combler cet écart le samedi, pour être au rendez-vous dès le départ."

partages
commentaires
Albon : "J'ai dit à Russell que je lui devais une ou deux bières"
Article précédent

Albon : "J'ai dit à Russell que je lui devais une ou deux bières"

Article suivant

Honda livre des détails sur l'évolution moteur de Spa

Honda livre des détails sur l'évolution moteur de Spa
Charger les commentaires