Un Vettel "désespéré" qui tente l'impossible ?

partages
commentaires
Un Vettel
Par : Benjamin Vinel
25 oct. 2018 à 18:25

La descente aux enfers du candidat au titre Sebastian Vettel restera l'une des grandes histoires de cette saison 2018 de Formule 1. Sergio Pérez, Pierre Gasly et Daniel Ricciardo et le principal intéressé l'analysent.

Il y a trois mois, au moment d'aborder le Grand Prix d'Allemagne, Sebastian Vettel était en tête du championnat du monde avec huit points d'avance sur son rival Lewis Hamilton. Le pilote Ferrari est toutefois sorti de piste alors qu'il menait sa course à domicile, laissant filer 25 points tandis que la victoire revenait, justement, à Hamilton.

Depuis, Vettel est dans un véritable cercle vicieux, avec notamment trois accrochages au début de trois courses différentes, si bien que huit manches plus tard, il accuse un déficit de 70 longueurs sur son rival au général.

Lire aussi :

Selon Sergio Pérez, les erreurs commises par Vettel sont la marque du désespoir, dans un contexte où Mercedes a pris un léger avantage sur Ferrari en matière de performance pure – les Flèches d'Argent ont notamment signé les quatre dernières pole positions.

"Je pense que Sebastian est un pilote fantastique", déclare Pérez. "C'est très dur de juger les performances de quelqu'un quand on ne fait pas partie de l'équipe et qu'on ne sait pas exactement ce qui se passe. Bien sûr, nous avons vu des erreurs. À la fin, il était sûrement un peu désespéré, il tentait de réussir ce qui n'était probablement pas possible."

"Mais il est quadruple Champion du monde pour cette raison-là, il a une très bonne équipe et je pense qu'il rebondira. Il a eu une très bonne opportunité de se battre contre Lewis [Hamilton], Mercedes a une voiture fantastique, donc c'était très dur pour lui."

Sergio Perez, Racing Point Force India
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H en tête-à-queue après un contact avec Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09 alors que Sergio Perez, Racing Point Force India VJM11 passe

Des attentes trop élevées

Quant à Pierre Gasly, qui approuve le discours de son concurrent mexicain, il ne tarit pas d'éloges sur les performances réalisées par Vettel lors des premières manches de la saison, avec quatre victoires sur les dix premiers Grands Prix.

"Je pense qu'il a probablement surpassé les limites de la voiture en début de saison", estime le pilote Toro Rosso. "Il est parfois parvenu à gagner des courses qu'ils n'avaient probablement pas le potentiel de gagner. Bien sûr, en conséquence, les attentes étaient très élevées. Il a commis quelques erreurs en seconde moitié de saison. Je pense que seul lui peut dire pourquoi. Quand on se bat pour le titre, on est vraiment à la limite en permanence."

"Quelques fois, il a tenté de réussir des choses, comme l'a dit Sergio, qui n'étaient probablement pas possibles avec sa voiture, et des choses sont arrivées. Il est quadruple Champion du monde, je pense qu'il sait comment gérer un championnat. Ce n'est pas la première fois qu'il est dans cette position, mais seul lui pourrait répondre à cette question."

Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H et Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13

Un Vettel hésitant ?

Les erreurs commises par Vettel, Daniel Ricciardo est bien placé pour en parler, puisqu'il était au cœur de la dernière d'entre elles. Au premier tour du Grand Prix des États-Unis, l'Allemand a lancé l'assaut pour la quatrième place, par l'intérieur au virage 13, mais un léger contact entre les deux monoplaces l'a envoyé en tête-à-queue.

"C'est probablement une question de force d'esprit", juge Ricciardo. "Si c'est arrivé quelques fois, peut-être que même si on ne pense pas l'être, on peut être – je ne veux pas mettre des mots dans la bouche de Seb – légèrement hésitant avant de faire la manœuvre, et peut-être que cela peut créer cette petite erreur de jugement. Même si c'est inconscient. C'est comme si l'on joue à attraper la balle : on la fait tomber dix fois, probablement que la 11e fois on se dit 'ne la fais pas tomber, ne la fais pas tomber'. C'est peut-être similaire."

"Franchement, j'ai regardé la caméra embarquée de Seb et je n'ai rien vu, je ne pense pas qu'il ait été trop optimiste, je ne pense pas qu'il ait eu l'air erratique. Donc d'une certaine manière, je vais le défendre, car je n'ai rien vu d'atypique. Bien sûr, c'est arrivé quelques fois désormais, mais dans ce cas-là, ça n'avait pas l'air choquant. Cela pourrait s'expliquer ainsi, mais je ne veux pas lui dire comment piloter."

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H et Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14 s'accrochent au premier tour
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H et Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14 s'accrochent au premier tour

Vettel demeure perplexe

Qu'en dit le principal intéressé ? Il demeure perplexe face à ces fautes qui se multiplient de façon surprenante, mais reste convaincu de ne pas en être responsable.

"Peut-être que je dois tenter l'extérieur la prochaine fois, peut-être que je ne partirai pas en tête-à-queue !" sourit Vettel. "On veut forcément avoir l'intérieur du virage, ça ne change pas. Mais je ne sais pas. Plus on est proche d'une autre voiture, plus on perd d'appui. Les tête-à-queue que j'ai faits sont tous très bizarres, parce que je ne pouvais pas faire grand-chose."

"Ce n'est pas comme si j'étais entré trop vite ou je serais parti en tête-à-queue tout seul à cette vitesse, pas du tout, donc j'imagine qu'il doit y avoir un trou ou quelque chose à l'intérieur de la voiture. À chaque fois, je n'étais pas clairement devant, au mieux côte à côte, donc comme je l'ai dit, peut-être que la prochaine fois, je tenterai l'extérieur."

"Le principal, c'est que je n'ai rien tenté de stupide, je n'ai pas essayé de faire quelque chose qui n'allait jamais fonctionner. C'est arrivé quelques fois, trop de fois, donc la prochaine fois qu'il y aura une ouverture, je m'y lancerai sans aucun doute, mais je penserai certainement au fond de moi à garder la voiture dans le bon sens."

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H dans le parc fermé

Article suivant
Sainz espère tester la McLaren dès Abu Dhabi

Article précédent

Sainz espère tester la McLaren dès Abu Dhabi

Article suivant

Pour Sainz, la F1 doit tirer des leçons du départ d'Alonso

Pour Sainz, la F1 doit tirer des leçons du départ d'Alonso
Charger les commentaires