Pérez lourdement pénalisé sur la grille au Brésil

partages
commentaires
Pérez lourdement pénalisé sur la grille au Brésil
3 nov. 2014 à 09:15

Le Grand Prix des États-Unis a été marqué par l'accrochage qui a eu lieu au premier tour, lorsque Sergio Pérez a percuté successivement la Ferrari de Kimi Räikkönen et la Sauber d'Adrian Sutil, contraignant ce dernier à l'abandon

Le Grand Prix des États-Unis a été marqué par l'accrochage qui a eu lieu au premier tour, lorsque Sergio Pérez a percuté successivement la Ferrari de Kimi Räikkönen et la Sauber d'Adrian Sutil, contraignant ce dernier à l'abandon.

L'incident n'est évidemment pas passé inaperçu et les commissaires se sont penchés sur la question après la course, jugeant la manœuvre du Mexicain "imprudente". Pérez écope donc de sept places de pénalité sur la grille de départ du Grand Prix du Brésil ainsi que de deux points sur son permis, mais ne semblait pas se sentir responsable de l'accrochage à son retour dans le paddock.

"J'ai attaqué Adrian au virage 15 lorsqu'il a laissé la porte ouverte, donc j'ai plongé à l'intérieur, puis Adrian a commencé à fermer la porte et j'ai dû essayer de freiner plus tard que lui", commente le pilote Force India. "En faisant cela, je n'ai pas pu éviter le contact avec Kimi, ce qui m'a fait toucher Adrian aussi. Je ne m'attendais tout simplement pas à ce que Kimi soit dans cette position".

Du côté de Sutil, qui était particulièrement bien placé pour marquer les premiers points de Sauber cette saison, la déception est évidemment grande. "C'était tellement dommage, si décevant et si peu nécessaire", déplore l'Allemand. "Nous espérions un beau résultat aujourd'hui et à cause d'une action stupide comme celle-ci, nous avons tout raté. C'est très décevant d'avoir manqué notre plus belle chance de points à cause d'un coup de volant comme celui-ci".

Le compteur de Sauber reste en effet bloqué à zéro ; l'équipe demeure dixième du championnat, derrière une écurie Marussia qui n'était pas présente à Austin en raison de ses difficultés financières.

Prochain article Formule 1
Symonds - Chez Renault, Alonso n'était pas un homme d'équipe

Previous article

Symonds - Chez Renault, Alonso n'était pas un homme d'équipe

Next article

Hamilton champion si... Rosberg champion si...

Hamilton champion si... Rosberg champion si...
Charger les commentaires