Pérez lucide et concentré pour faire le jeu de Verstappen

Sergio Pérez a conscience du rôle important qu'il peut avoir dans la conquête du titre pour Max Verstappen et Red Bull, mais entend y prendre sa part de la manière la plus naturelle qui soit.

Pérez lucide et concentré pour faire le jeu de Verstappen

Au même titre que Valtteri Bottas chez Mercedes, Sergio Pérez est décrit chez Red Bull Racing comme une variable importante dans la lutte qui oppose les deux écuries, aussi bien au championnat constructeurs qu'au championnat pilotes. Dans le clan de Milton Keynes sans doute plus que celui de Brackley, au moins durant les premiers mois de la saison, le rôle de numéro deux a toujours été clairement établi pour le coéquipier de Max Verstappen. Dans la course pour un premier titre mondial face à Lewis Hamilton, le Néerlandais sait que son voisin de garage n'est pas là pour lui faire de l'ombre mais pour marquer des points importants derrière son chef de file.

Recruté en externe, ce que ne faisait plus Red Bull depuis des années, Sergio Pérez a dû gérer une adaptation peu évidente, notamment du fait du faible temps de piste hivernal. Le Mexicain a souvent convaincu par son sens de la gestion de course mais aussi démontré, notamment en qualifications, que se hisser au niveau attendu ne pouvait pas se faire en un claquement de doigts. Prolongé d'une saison dès cet été, il a aussi traversé une passe difficile dernièrement, avant de se rappeler au bon souvenir de tous en Turquie. Une période qui ne l'a pas personnellement inquiété.

"Je crois que lors des deux derniers Grands Prix avant la Turquie, j'étais en passe aussi d'être sur le podium", estime-t-il auprès de Motorsport.com dans un entretien organisé à Houston avec ExxonMobil, partenaire de Red Bull. "J'étais sur le podium à Monza, mais j'en ai été privé en raison de la pénalité. Et pareil en Russie, j'étais sur le podium mais il a commencé à pleuvoir et nous avons mal géré les trois derniers tours. Donc d'une certaine manière, je crois que nous avons été un peu malchanceux, mais nous avons affiché de bons progrès. Et je suis plutôt convaincu que nous pouvons vraiment être forts pour les six dernières courses et terminer notre saison sur une note positive. Nous pouvons vraiment être dans le match et espérer que ça se termine bien."

Son rôle, Sergio Pérez le connaît parfaitement, mais il admet également ne pas spécialement se focaliser sur cette étiquette de porteur d'eau. Cette évidence, dont il a pleinement conscience, n'altère pas son approche, qui reste de faire du mieux possible en pensant à lui, afin que cela rejaillisse naturellement sur les besoins de l'équipe. Il en veut pour preuve sa résistance face à Lewis Hamilton à Istanbul, où les deux hommes nous ont gratifiés d'une belle passe d'armes.

"Bien sûr, la priorité est de tirer le meilleur de moi-même", insiste-t-il. "Et ça a directement une incidence sur l'équipe et, d'une certaine manière, sur Max. Lors du dernier Grand Prix par exemple, si Lewis était passé et avait réussi à me doubler, sa course aurait très probablement été différente de ce qu'elle a été au final. C'est un bon point pour les championnats constructeurs et pilotes. Alors je pense que je dois juste continuer à faire de mon mieux en ce qui me concerne, et ça aura une incidence directe sur mon équipe, ainsi que sur Max aussi."

Propos recueillis par Ronald Vording

Lire aussi :

partages
commentaires
Verstappen : "Trop facile" d'imputer la forme de Mercedes au moteur
Article précédent

Verstappen : "Trop facile" d'imputer la forme de Mercedes au moteur

Article suivant

Comment la F1 high-tech a changé le rôle d'ingénieur de course

Comment la F1 high-tech a changé le rôle d'ingénieur de course
Charger les commentaires