Pérez : Force India m'a dit qu'Ocon était 100% fautif à Bakou

La rivalité entre les deux pilotes Force India, Sergio Pérez et Esteban Ocon, a rapidement pris une dimension importante. Et la guerre des mots n'a rien à envier à ce qui se passe en piste.

En trois années de collaboration, le duo composé par le pilote mexicain et Nico Hülkenberg au sein de l'équipe de Silverstone n'a jamais atteint de tels degrés d'intensité, et en a même souvent été très loin. En revanche, l'association Pérez-Ocon a d'ores et déjà fait de nombreuses étincelles que ce soit en piste, avec des luttes au couteau et des contacts, ou en dehors, avec des déclarations polémiques et l'obligation pour la direction d'intervenir afin de tempérer les ardeurs.

Une situation qui a beaucoup à voir avec une adaptation relativement rapide du pilote français, dont les performances offrent souvent l'opportunité de duels pour les gros points, en course, entre les deux VJM10. 

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Sergio Pérez est de nouveau revenu sur sa collaboration électrique avec Esteban Ocon, en précisant notamment que l'arrivée de ce nouvel élément au sein de Force India était une source de motivation, même s'il ne retrouve pas encore le niveau de défi qu'il avait rencontré précédemment.

"Je pense que lors des dernières années, j’ai eu un coéquipier extrêmement fort avec Nico Hülkenberg, je ne pense pas qu’Esteban soit tout à fait à son niveau. Nous pourrions être plus proches au niveau des points, ou autre, en termes de vitesse, Nico avait plus d’expérience et était capable de plus attaquer. Mais c’est toujours bien d’avoir un nouvel équipier parce que vous apprenez des choses des autres."

Ocon, un rookie mieux préparé à la F1

Des propos que le Mexicain relativise cependant par la suite, Ocon ayant bénéficié selon lui d'une préparation idéale aux exigences de la Formule 1, lui permettant de rapidement se fondre dans ce nouvel environnement. "Esteban est un rookie, mais de nos jours, [les rookies] signent avec des équipes trois ou quatre ans avant d’arriver en F1. Ils ont bien plus d’expérience, et ça aide."

"On voit la façon dont il travaille, la façon dont il se comporte, il est bien plus préparé que je ne l’étais quand je suis arrivé en F1. Bien plus. Il a également eu une moitié d’année avec Manor, ce qui aide beaucoup. C’est probablement pour cela que l’on a vu une grande évolution chez moi lors de ma carrière, pas en termes de vitesses mais de constance."

Ocon fait partie du programme des jeunes pilotes de Mercedes et a pu à ce titre bénéficier d'une préparation spécifique en sus de ses expériences dans les formules de promotion, comprenant des essais avec Force India, Renault ou encore au volant de la Mercedes W07 Hybrid de 2016, avant de débarquer chez Manor en cours de saison dernière.

Quand il lui est demandé si son équipier faisait les mêmes erreurs que lui quand il était débutant, Pérez répond : "Je le vois très bien préparé. C’est comme s’il n’était pas nouveau en F1, la façon dont il travaille, dont il voit les choses. On peut déjà voir qu’il a de l’expérience liée à son travail avec différentes écuries, ça aide. C’est une bonne chose à avoir. Évidemment, il a commis quelques erreurs, mais j’espère qu’il apprend de celles-ci. Il va devenir de plus en plus fort au fil de l’année."

Bakou, "complètement de la faute" d'Ocon

Les "erreurs" évoquées sont évidemment en lien avec les différents incidents qui ont émaillé les débuts du nouveau duo en 2017, avec trois épisodes marquants en surimpression : l'affrontement et la tentation des consignes de course au Canada, l'accrochage de Bakou et la touchette du Hungaroring.

Dans ces trois cas, c'est évidemment l'Azerbaïdjan qui est au centre des débats, car il a coûté le plus cher, Ocon et Pérez s'étant heurtés alors qu'ils étaient troisième et quatrième, entraînant notamment l'abandon du Mexicain.

"Tout est clair", assure Pérez quand il lui est demandé l'état des relations avec son équipier. "L’équipe lui a expliqué ce qui s’était passé, et l’équipe m’a dit que c’était complètement de sa faute, ce qui s’est passé à Bakou. Je ne sais pas si Esteban a dit quelque chose de différent de ce que l’équipe m’a dit. Il est difficile de dire [quelle version] est vraie. Je crois totalement mon équipe sur cette histoire…"

Du côté d'Ocon, l'appréciation de la situation et les retours de l'équipe ont semblé plus nuancés. "L’équipe m’a dit que c’était à 100% de sa faute", insiste Pérez. "Ils m’ont expliqué ce qui s’est passé dans le virage 2, ce qui s’est passé au Canada également. Il ne pensait pas quelque chose de différent de ce qui s’est passé au Canada."

"De mon côté, tout est clair et je suis impatient de maintenir mon niveau. Je ne suis pas gêné par le fait d’en parler à nouveau. La meilleure chose que je puisse faire est de continuer à être aussi performant, la meilleure façon de répondre à la pression est de continuer de le battre course après course."

Propos recueillis par Oleg Karpov et Jamie Klein

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Sergio Pérez , Esteban Ocon
Équipes Force India
Type d'article Actualités
Tags bakou, hungaroring