Pérez ne craint pas les risques pris par Red Bull en qualifications

Sergio Pérez n'attend pas de Red Bull une prise de risque plus modérée en qualifications, malgré son raté de Bahreïn lors de la Q2.

Pérez ne craint pas les risques pris par Red Bull en qualifications

Éliminé dès la Q2 lors du Grand Prix de Bahreïn, Sergio Pérez s'était bien repris en course après s'être pourtant élancé depuis la voie des stands, en raison d'un problème électronique survenu dans le tour de formation. Le Mexicain ne cesse d'insister sur son besoin de travailler et de progresser dans l'exercice du tour rapide en ce début de saison, et il assume ce point faible. À lui, donc, de s'adapter, et non à Red Bull Racing de faire des concessions. Autrement dit, Pérez ne remet surtout pas en cause la stratégie de son écurie et estime qu'elle doit continuer à faire des choix risqués en considérant que ses deux pilotes sont à un niveau proche.

Lire aussi :

À Sakhir, l'écurie autrichienne avait fait le pari d'envoyer Max Verstappen et Sergio Pérez en piste avec les pneus mediums lors de la Q2, afin de prendre le départ avec ces gommes et d'être à armes égales face à Mercedes. Une situation nouvelle pour Pérez, après de longues années passées en milieu de grille chez Force India/Racing Point ? "Non, pas vraiment", assure-t-il, ne ressentant pas de pression supplémentaire sur ce point.

"Nous aurions pu modifier la stratégie à la fin du premier relais [en Q2 à Bahreïn]", ajoute-t-il. "Mais j'étais plutôt confiant car j'avais perdu trois dixièmes en un seul virage après avoir commis une erreur. J'étais convaincu de pouvoir atteindre le chrono."

"Nous avons eu un petit problème de freins, que nous n'avons découvert que plus tard, et désormais nous comprenons ce qui s'est mal passé. Je pense que sans ce problème, nous serions clairement passés. C'était la bonne chose à faire. Si l'on a la voiture pour, et afin d'exploiter le résultat maximal, il faut être sur la meilleure stratégie possible. Et si ça veut dire prendre certains risques, nous devons les prendre. Sachant que nous pensions avoir le rythme, c'était clairement la bonne chose à faire."

S'appuyer sur la base de Verstappen

Convaincant en rythme de course à Bahreïn, Pérez sait néanmoins qu'il lui reste du chemin à parcourir dans son adaptation à la RB16B. Ce week-end, les exigences du tracé d'Imola seront très différentes de celles de Sakhir et constitueront selon lui un avantage, tout comme la possibilité de compter sur une base saine de réglages dont dispose Verstappen, sans chercher à tout prix à s'en démarquer.

"Je n'y suis pas encore", admet humblement Pérez quant à son adaptation. "[Ce sera bien] si je peux m'adapter ce week-end, sur un circuit très différent avec des exigences différentes. Il y a beaucoup de virages à moyenne et haute vitesse à Imola par rapport à Bahreïn, et l'asphalte est très différent. Ce sera un endroit unique par rapport à Bahreïn, donc ça ne pourra qu'aider."

"De manière générale, il s'agit de comprendre comment la voiture fonctionne et d'avoir confiance en elle. J'ai fait de gros progrès dans la compréhension de la voiture à Bahreïn. Ce sera très facile de se perdre et de commencer à partir dans une direction qui ne rend pas la voiture plus rapide. Max est une très bonne référence dans la manière dont il pilote la voiture, ainsi que pour les problèmes qu'il cherche à résoudre. C'est la clé : essayer de ne pas trop s'en éloigner. Il a une bonne base pour extraire le maximum de la voiture. Donc nous devons être tant que possible dans cette fenêtre d'opération."

partages
commentaires
Sainz : Il sera plus difficile de trouver la limite à Imola
Article précédent

Sainz : Il sera plus difficile de trouver la limite à Imola

Article suivant

Les évolutions aéro d'Alpine dévoilées à Imola

Les évolutions aéro d'Alpine dévoilées à Imola
Charger les commentaires