Les performances de son moteur dépassent les attentes de Renault

partages
commentaires
Les performances de son moteur dépassent les attentes de Renault
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
13 mars 2017 à 13:30

Si des ennuis de fiabilité ont affecté le temps de piste de l'unité de puissance Renault à Barcelone, le constructeur français estime que les attentes sont déjà dépassées en matière de performance avec le nouveau bloc conçu à Viry-Châtillon.

Alan Permane, directeur des opérations piste Renault Sport F1 Team RS17 avec Cyril Abiteboul, directeur général Renault Sport F1
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Alan Permane, directeur des opérations pistes Renault Sport F1 Team avec Cyril Abiteboul, directeur général Renault Sport F1
Cyril Abiteboul, directeur général Renault Sport F1
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13 avec de la peinture flow-viz
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12

Cette année, le Losange a introduit un tout nouveau concept qui doit lui permettre de se rapprocher de Mercedes et Ferrari, et qui s'inscrit sur le long terme avec un gros potentiel de développement. Red Bull compte notamment sur les progrès annoncés pour concurrencer Mercedes dans la lutte pour le titre mondial.

À Barcelone, Renault a rencontré plusieurs ennuis de fiabilité, plus particulièrement liés à son ERS, affectant aussi bien son écurie d'usine que les clients Red Bull Racing et Toro Rosso. Une approche plus conservatrice en matière de performance a été adoptée la semaine dernière afin de garantir du temps de piste, en attendant la correction des problèmes détectés.

Le bilan serait néanmoins positif en matière de performance, avec un niveau à la hauteur de ce qui est attendu. Cependant, la priorité pour Renault est de fiabiliser son unité de puissance afin de voir le drapeau à damier à Melbourne, avant de débloquer davantage de possibilités.

Pour Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing, il ne fait aucun doute que le V6 français, couplé au châssis RB13 de Red Bull, permettra à l'écurie de Milton Keynes de se battre pour le titre mondial. "Ils seront clairement en position de se battre pour le championnat", affirme-t-il à Motorsport.com. "Nous le savons et nous ferons notre maximum pour le leur permettre, ce qui passe par un moteur fiable pour la première course."

Des progrès supérieur aux attentes

Par rapport à son unité de puissance 2016, Renault s'est fixé un objectif de progrès de trois dixièmes de seconde au tour, mais selon Abiteboul, c'est un cap bien supérieur qui pourrait être franchi.

"Je pense que nous sommes dans l'objectif, et je crois peut-être même que nous le dépassons, ça dépend de la fiabilité", explique-t-il. "Nous sommes arrivés avec une architecture moteur totalement nouvelle, pas seulement au niveau du moteur à combustion [ICE] mais aussi avec l'ERS. C'est donc un immense défi, particulièrement en termes de fiabilité, et il n'y a pas de surprise. Nous nous attendions à rencontrer certaines difficultés, nous les avions matérialisées."

"Mais la bonne nouvelle, c'est que nous ne faisons pas ça pour rien, la performance est là quand nous essayons de l'extraire. Nous ne l'avons pas fait fréquemment, car nous essayions de parcourir de la distance et d'avoir de la durée de vie avec les pièces du moteur, et ce sont toujours des conditions critiques. Mais nous avons vu que la performance que nous voulions était définitivement au rendez-vous."

Choix cornélien pour Melbourne

Dans l'immédiat, Renault fait face à une décision difficile quant à la spécification moteur à utiliser à Melbourne. Un choix qui doit se faire en trouvant le point d'équilibre permettant d'avoir les meilleures performances possible en garantissant la fiabilité. Le tout en gardant à l'esprit que chaque pilote doit utiliser cette année un maximum de quatre unités de puissance.

"Tout peut arriver à Melbourne, nous faisons tout ce que nous pouvons pour nous assurer que seulement de bonnes choses se produisent là-bas", promet Abiteboul. "Nous croyons être dans une situation qui est à peu près sous contrôle, mais ces unités de puissance sont tellement complexes que nous avons encore un certain nombre de décisions à prendre avant Melbourne, qui auront une incidence non seulement sur le classement final, mais aussi sur le fait d'atteindre ou non la ligne d'arrivée."

"Nous sommes vraiment dans une voie essentielle, et c'est vraiment important de rester concentré et de ne rien prendre pour acquis."

Évolution majeure au banc d'essai

Pour débloquer la performance, Renault prévoit déjà plusieurs évolutions au cours de la saison afin de franchir des paliers. Un cap majeur se prépare déjà avec une évolution d'importance actuellement au banc d'essai à Viry-Châtillon. 

"Comme toujours dans la vie d'un moteur, un certain nombre de choses que vous voyez aujourd'hui sont déjà différentes au banc d'essai, seront différentes dans la chaîne de production et seront différentes aussi au bureau d'étude", précise Abiteboul. "Actuellement, nous testons au banc d'essai l'une des évolutions majeures qui arrivera sur le moteur d'un point de vue performance, donc nous sommes toujours un cran derrière. Une fois encore, la bonne nouvelle est que nous n'avons rien découvert de nouveau, rien de dramatique, pour le moment."

Propos recueillis par Jonathan Noble

Prochain article Formule 1
Haas pourrait tester les freins Carbone Industrie à Bahreïn

Previous article

Haas pourrait tester les freins Carbone Industrie à Bahreïn

Next article

Pirelli conforté dans sa nouvelle philosophie après Barcelone

Pirelli conforté dans sa nouvelle philosophie après Barcelone

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing , Toro Rosso , Renault F1 Team
Auteur Jonathan Noble
Type d'article Actualités