Petites équipes F1 – Nécessaires pour la F1, mais seulement en bonne santé

Les trois sagas médiatiques de la fin de saison 2014 se résument comme suit : fin du duel Hamilton/Rosberg pour le titre mondial; situation contractuelle et destination de Fernando Alonso en 2015, et survie ou disparition des petites équipes...

Les trois sagas médiatiques de la fin de saison 2014 se résument comme suit : fin du duel Hamilton/Rosberg pour le titre mondial; situation contractuelle et destination de Fernando Alonso en 2015, et survie ou disparition des petites équipes placées sous administration fiscale.

Les trois thématiques font encore les choux gras des médias en ce début d'année : Alonso, une nouvelle fois, se trouve au cœur d'un épisode

déchaînant les passions

depuis son accident catalan. Hamilton et Rosberg semblent voués à être les deux seuls à pouvoir prétendre

à la couronne

pilotes 2015. Et, alors que Marussia/Manor est parvenu dans un ultime effort

à sauver sa place

sur la grille du Grand Prix d'Australie avec un coup de pouce providentiel, Caterham cède ses actifs aux enchères et ferme définitivement ses portes.

ToileF1 s'est entretenu en cette fin de semaine avec Jérôme d'Ambrosio, ex-pilote Marussia. Le jeune homme, aujourd'hui pilote Dragon Racing en Formule E et Bentley en GT, estime que la présence des petites équipes est essentielle pour le sport, à condition que leur présence ne soit pas une source d'une constante publicité négative pour la discipline.

Bien d'avoir des écuries en plus

"Je pense que c'est bien d'avoir de petites écuries pouvant donner leur chance aux jeunes pilotes", commence le Belge. "C'est important; tout simplement car il n'y a pas beaucoup de baquets en F1. Regardez un gars comme Magnussen, qui fait quand même une bonne saison l'année dernière, et qui ne roule plus! A ce niveau-là, je trouve que c'est bien d'avoir des écuries en plus".

Mais rouler à tout prix, au risque de faire perdre ce sport en crédibilité, peut s'avérer néfaste, rappelle le pilote.

"D'un autre côté, je pense que c'est bien à condition qu'ils apportent de la stabilité", modère-t-il ainsi. "Ça ne sera jamais une écurie qui va gagner un Grand Prix; en tout cas, je ne pense pas. Mais par contre, avec un peu de stabilité, ça peut faire quelque chose de bien".

Attention à ne pas écorner l'image de la F1

"Le point négatif, c'est que la seule chose que l'on entend dans les médias est qu'ils ne vont pas aller sur le prochain GP, que ça ne va peut-être pas se passer, etc. A ce niveau, ce n'est pas une image positive, et que l'on a envie de projeter en F1", poursuit-il.

Soucieux de bien étayer son propos, d'Ambrosio paraphrase et appuie sur l'importance, à ses yeux, de voir de vaillantes petites équipes compléter la grille F1.

"C'est bien, c'est génial d'avoir des petites écuries comme ça. Pour le sport, c'est important. Mais c'est important que ces équipes puissent survivre et soient stables. Les instabilités des équipes qui n'arrivent pas à survivre jusqu'à la fin de la saison, qui finissent par maquer des GP…à partir de ce moment-là, je trouve ça un petit peu négatif pour le sport, car on ne parle que des problèmes de la discipline".

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso , Jérôme d'Ambrosio
Équipes Dragon Racing
Type d'article Actualités