Kimi Räikkönen, 38 ans et une carrière en images

Kimi Räikkönen fête aujourd'hui ses 38 ans ! C'est l'occasion pour nous de revenir en images sur la longue carrière en Formule du Champion du monde 2007, qui est toujours aussi populaire auprès des fans.

1/47

Kimi Räikkönen débute sa carrière F1 en 2001 chez Sauber. Le jeune finlandais n'a alors qu'une expérience de 21 courses en formules de promotion et sa Super Licence n'est attribuée que pour 4 courses !

2/47

Grâce aux solides performances du débutant et aux points collectés par Nick Heidfeld, le team motorisé par Ferrari termine à la quatrième place du championnat du monde ! On rappellera que seul le top 6 inscrivait alors des points en course...

Photo de: Sauber Petronas

3/47

En 2002, celui que l'on surnomme déjà Iceman rejoint McLaren. C'est un gros coup pour le team de Woking, car Ferrari, motoriste de Sauber, n'avait pas caché son intérêt pour le précoce talent.

Photo de: DaimlerChrysler

4/47

Les podiums ne tardent pas à arriver, et David Coulthard se retrouve confronté à un nouveau Finlandais embarrassant comme équipier, après s'être tout juste débarrassé de Mika Häkkinen !

5/47

Le caractère sans compromis de Räikkönen ne laisse personne indifférent et la légende se forge, d'autant que le jeune homme ne refuse jamais une bonne lampée de Champagne ou quelques vodkas !

Photo de: DaimlerChrysler

6/47

Mais rassurez-vous, il lui arrive aussi de boire de l'eau !

Photo de: LAT Images

7/47

Diablement rapide mais aussi régulier, Iceman se forge la (bonne) réputation d'un pilote sachant éviter les péripéties en course. Mais il arrive tout de même qu'il se retrouve impliqué dans des accidents, comme ici, au départ du GP d'Allemagne 2003.

Photo de: Elmar Vat

8/47

Räikkönen fait aussi régulièrement tomber le masque dans sa jeune carrière, à plus forte raison s'il signe la pole position !

Photo de: DaimlerChrysler

9/47

Chaque pilote a son berceau chéri et pour Räikkönen, la piste de prédilection est Spa-Francorchamps. Une performance 2004 d'autant plus notable que Michael Schumacher est lui-même le patron des lieux depuis le début de sa carrière F1 !

10/47

2005, un duo qui fait rêver chez McLaren, avec l'union de la glace et du feu ! Räikkönen et Montoya ont pour objectif de mener la MP4-20 vers le titre mondial.

Photo de: DaimlerChrysler

11/47

Le duo trouve cependant sur sa route un team Renault mené par Fernando Alonso et la Scuderia dirigée par un Michael Schumacher encore au sommet de sa forme.

Photo de: XPB Images

12/47

Rebelote en 2006, ces deux-là sont encore là pour contrarier les espoirs d'Iceman !

Photo de: XPB Images

13/47

Et puis parfois, Juan Pablo s'en mêle aussi, comme au GP des USA 2006...

14/47

La question n'est pas de savoir si, mais quand Iceman remportera enfin la couronne mondiale. Après des années à collecter victoires et podiums avec McLaren sans jamais être récompensé par le titre, le Finlandais prend la direction de Ferrari pour la saison 2007.

Photo de: XPB Images

15/47

McLaren devient pourtant le baquet le plus convoité du moment : le débutant Lewis Hamilton réalise une première saison sensationnelle et offre une guerre inattendue à son équipier Alonso. Il manque à Ferrari un peu de vitesse pour être devant à la régulière.

Photo de: XPB Images

16/47

La fin de saison est sensationnelle : total outsider et presque hors-course mathématiquement, Iceman signe deux succès consécutifs pendant que la guerre fait rage et que la pression monte chez McLaren. Au Brésil, Iceman profite des malheurs de Hamilton et de l'impuissance d'Alonso pour dépasser les deux hommes sur le fil au championnat et remporter le titre ! Cela n'aurait cependant pas été possible sans le cadeau de Felipe Massa, qui cède le leadership de son GP national à son équipier et s'assure une reconduction de contrat.

Photo de: XPB Images

17/47

La défense du titre n'est pas simple en 2008 et la montée en puissance de Lewis Hamilton se confirme : l'Anglais devient le plus jeune Champion du Monde de l'Histoire de la F1... avant un certain Sebastian Vettel !

Photo de: XPB Images

18/47

La saison 2009 est difficile pour la Scuderia. Räikkönen se voit trop souvent dominé par Massa avant l'accident du Brésilien en Hongrie. En fin de saison, Maranello ne peut compter que sur Iceman pour les points, car le retour de Michael Schumacher est rendu impossible par une chute à moto. La seule victoire 2009 du Finlandais est bien entendu sur le tracé de Spa, après un duel unique contre la Force India de Fisichella.

Photo de: XPB Images

19/47

La vérité est que Kimi est las de F1 autant que Ferrari s'est lassé de son champion, dont la forme physique et l'implication ne collent plus non plus aux standards d'une équipe souhaitant jouer les titres. Les deux parties tombent d'accord : le contrat 2010 ne sera pas honoré, et Ferrari rachète contre plusieurs dizaines de millions la clause de Räikkönen pour faire entrer Fernando Alonso.

Photo de: XPB Images

20/47

C'est donc en rallye, avec un équipage complété par Kaj Lindstrom, que Räikkönen décide de se faire plaisir. Sa monture ? Une Citroën C4 WRC du Citroën Junior Team.

Photo de: XPB Images

21/47

L'ambiance barbecue et l'absence de caméras et micros à chaque pas ravivent la flamme du Finlandais, qui se sentait oppressé par l'atmosphère toxique du paddock F1.

22/47

Et voilà que Kimi retrouve le sourire, sans devoir faire de régime qui plus est !

23/47

Räikkönen apprend le métier à la dure en WRC. Sur asphalte, Iceman offre des performances prometteuses et remarquables pour un pilote disposant de si peu de bagage dans la discipline. Mais bien sûr, les erreurs se paient cash, et elles sont régulières.

Photo de: XPB Images

24/47

L'apprentissage se poursuit en 2011. Cette fois, le Champion F1 2007 engage sa propre structure privée IceOne, sur ses deniers personnels. Même refrain qu'en 2010 : vitesse sur bitume, points, tonneaux, galères, et nouveaux progrès généraux sur toutes les surfaces.

Photo de: XPB Images

25/47

Le parcours du Finlandais est intéressant en ce sens qu'il suit avant tout la ligne directrice du plaisir et de la découverte. On le retrouve ainsi à piger en NASCAR Xfinity, comme ici, sur l'ovale de Charlotte.

Photo de: Getty Images

26/47

Toutes les bonnes choses ont une fin. La DS3 WRC n'a pas beaucoup plus réussi à Iceman que la C4, et le circuit lui manque.

Photo de: XPB Images

27/47

Williams en rêvait, Lotus l'a fait. C'est LE gros coup de l'intersaison : Iceman est de retour en F1, avec le sourire...

Photo de: XPB Images

28/47

Les fans sont les premiers à s'en réjouir, et les drapeaux finlandais reviennent en grand nombre dans les tribunes.

Photo de: XPB Images

29/47

Lotus a compris ce qui avait dégoûté Iceman de la F1 avant sa retraite. Ainsi, les obligations média, relations presse, et même débriefings et visites à l'usine sont maintenus au strict minimum. Populaire sur les réseaux sociaux, le team joue de cette image différente et laisse d'autres, comme Patrick Dempsey ou Matt LeBlanc, attirer les photographes.

30/47

Ce qui permet à Kimi de faire le boulot, par ailleurs bien aidé par son style de pilotage tirant grandement partie des pneus Pirelli à la dégradation volontairement exagérée.

Photo de: XPB Images

31/47

Passé près de la victoire à plusieurs reprises et cultivant son indifférence des podiums s'ils ne sont pas célébrés depuis la plus haute marche, Iceman concrétise finalement avec le team à Abu Dhabi ! Kimi a désormais gagné avec trois équipes : McLaren, Ferrari et Lotus.

Photo de: XPB Images

32/47

La belle histoire de poursuit avec la Lotus E21, conçue par James Allison. Le team remporte la manche d'ouverture de la saison 2013, à Melbourne !

Photo de: XPB Images

33/47

Du pain béni pour l'équipe marketing et communication du team, qui s'en donne à coeur joie et envahit la toile d'opérations virales de toutes sortes. Ici, le volant de Kimi, comprenant des commandes pour recevoir des glaces, appeler Maman au téléphone, faire taire l'ingénieur, ou encore choisir sur la molette la position à l'arrivée !

Photo de: Lotus F1 Team

34/47

Avec Alonso, Hamilton ou encore Vettel, Räikkönen est un grand habitué des podiums.

Photo de: XPB Images

35/47

Malheureusement, ce qui ne suit pas chez Lotus, malgré toute cette exposition et ce potentiel en piste, reste la sécurisation de l'avenir financier du team. Les factures s'accumulent de toutes parts et Räikkönen montre une nouvelle fois être un électron libre en donnant un ultimatum au team pour régler son salaire. Il quitte le team avant la fin de saison, en profite pour subir une opération du dos, et signe pour un retour chez Ferrari, alors que Red Bull le convoitait aussi.

Photo de: XPB Images

36/47

2014. Voici donc Kimi de retour chez Ferrari. L'arrivée du second Champion du Monde aux côtés d'Alonso, mâle dominant de la basse-cour Ferrari, est hautement politique de la part de Luca di Montezemolo et Stefano Domenicali : l'Espagnol doit comprendre qu'il n'est pas chez lui.

37/47

Las, le duel tant attendu entre les deux Champions n'aura pas lieu. Les fois où Iceman prend le dessus sur son équipier en qualifications comme en course sont rares, et la presse rappelle que Romain Grosjean parvenait déjà à tenir tête à Räikkönen en seconde partie de saison 2013 chez Lotus.

Photo de: XPB Images

38/47

Un dur rappel de la vie médiatique en F1, a fortiori en tant que pilote Ferrari, est la conséquence des performances en berne de Räikkönen.

39/47

Au milieu du déluge, Kimi laisse passer l'orage, imperceptible. La voiture ne lui convient guère, mais le team fait bloc avec le nouveau team principal, Marco Mattiacci.

Photo de: XPB Images

40/47

Indéfectibles, les fans cultivent la légende selon laquelle l'auto a été développée pour Alonso à l'heure où aucun ingénieur ne pouvait en réalité se permettre de rentrer dans ce genre de considérations, avec les grands changements techniques liés aux unités de puissance turbo à assimiler.

Photo de: XPB Images

41/47

Le Finlandais sauve sa tête dans le tumulte de changements chez Ferrari et connaît bientôt le nom de son équipier 2015, à savoir Sebastian Vettel, alors qu'Alonso et Ferrari signent les papiers du divorce.

Photo de: XPB Images

42/47

En 2015, Räikkönen enchaîne le bon et le moins bon, au point d'avoir fait hésiter la Scuderia à exercer son option contractuelle.

Photo de: XPB Images

43/47

Räikkönen se classe quatrième du Championnat du monde en 2015... à 128 points de son coéquipier Sebastian Vettel !

44/47

En 2016, la Scuderia perd quelque peu en compétitivité et se voit dépassée par Red Bull.

Photo de: Ferrari

45/47

Pourtant, Räikkönen obtient de meilleurs résultats que l'année précédente, même s'il ne signe que quatre podiums et termine sixième du classement pilotes, dernier des écuries de pointe.

Photo de: Ferrari

Mariage de Kimi Räikkönen et Minttu Virtanen

Mariage de Kimi Räikkönen et Minttu Virtanen
46/47

Et en dehors du paddock, tout se passe très bien également pour Kimi, qui a épousé sa compagne Minttu. Les tourtereaux ont déjà eu un enfant, Robin, né en janvier 2015.

Photo de: Andrea Pitti

47/47

Pour 2017, Ferrari conçoit une monoplace capable de jouer la victoire à quasiment tous les Grands Prix. Cependant, malgré une pole à Monaco, le Finlandais marque une nouvelle fois le pas par rapport à un Sebastian Vettel en lutte pour le titre mondial et pointe à 99 points de son équipier à quatre courses de la fin de saison. Il est toutefois reconduit par Ferrari pour 2018.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen
Équipes Ferrari
Type d'article Diaporama
Tags carrière, iceman