Les pilotes "unis" pour donner leur chance aux courses sprint

Comme prévu, les pilotes ont rencontré Stefano Domenicali au cours d'une réunion à Bahreïn, à la veille des essais hivernaux. L'occasion, entre autres, de discuter des courses sprint.

Les pilotes "unis" pour donner leur chance aux courses sprint

Jeudi, l'ensemble des pilotes de Formule 1 ont rencontré à Sakhir le nouveau PDG de la discipline reine, Stefano Domenicali, qui a succédé à Chase Carey début janvier. L'Italien, ancien directeur de la Scuderia Ferrari et ex-patron de Lamborghini, exhortait avant la réunion les pilotes à ne pas "tirer une balle dans le pied de la F1" et à discuter de façon constructive "entre quatre murs". Une façon plutôt claire d'inviter les acteurs principaux du grand cirque à ne pas laver le linge sale hors de la famille, notamment au sujet des courses sprint.

Car au-delà de ce premier contact, c'est évidemment le sujet du moment. Et certains ont déjà fait part de leur doute, voire de leur incompréhension face à ce nouveau format qui verrait les qualifications du samedi être remplacées par une course courte récompensée par quelques points, dont le résultat définirait ensuite l'ordre de départ de la course principale du dimanche. En dépit des divergences affichées auparavant, Pierre Gasly estime que l'ensemble des pilotes souhaite l'amélioration du spectacle et ils sont prêts à donner leur chance aux courses sprint.

Lire aussi :

"Nous en avons discuté", a expliqué le Français. "Je ne veux pas dévoiler les choses publiquement. Nous avons organisé cette réunion pour voir tous ensemble comment faire avancer la discipline et, vous savez, améliorer le spectacle pour tous les gens et tous les fans parce que c'est ce que nous voulons tous."

"Je pense que l'objectif principal est d'améliorer la course, je crois que tous les pilotes sont unis pour essayer de rapprocher les performances des voitures, pour améliorer le spectacle, et je pense que cette année la F1 est prête à tester les courses sprint, et à essayer de voir si cela peut rendre la compétition plus divertissante pour les gens qui regardent la télévision ou qui viennent au circuit. Je pense que ce sera intéressant. Nous allons l'essayer à certaines occasions et, oui, nous verrons."

Mais en dehors de cette question, la réunion a simplement été l'occasion des premiers échanges entre les pilotes et Domenicali. Sergio Pérez s'est montré très satisfait : "Oui, c'était bien de passer un peu de temps avec Stefano, avec Ross [Brawn, le manager sportif de la F1], pour partager nos opinions sur la façon dont nous pouvons améliorer cette discipline. Nous la connaissons évidemment très bien nous-mêmes, parce que nous sommes les pilotes, et donc nous avons partagé quelques idées, et ils aimeraient que nous soyons plus impliqués, donc je pense que c'était une très bonne réunion."

Un sentiment partagé par Carlos Sainz : "Je pense que c'était très positif de voir Stefano demander d'emblée une réunion dés son arrivée. Cela montre, je pense, que tout commence du bon pied. Je suis très fan de lui en tant que leader. J'ai beaucoup de respect pour lui. Et oui, ce qui se passe lors de ces réunions, je pense que nous sommes tous d'accord pour que cela reste privé, juste pour le bien de tout le monde, et il n'y a pas beaucoup de commentaires à faire sur les réunions, parce qu'elles seront assez confidentielles."

Une responsabilité "envers les équipes et l'extérieur"

Concernant la volonté de faire des pilotes des ambassadeurs du championnat, Fernando Alonso rejoint une partie des réflexions de Domenicali avant cette réunion. Le double Champion du monde a apprécié ce moment de discussion avec celui qui fut son patron chez Ferrari. "Avec Stefano, il y avait quelques points qu'il voulait partager avec les pilotes et nous sommes heureux d'avoir ces conversations privées, disons, avec les patrons, et nous sentons que nous faisons partie de la discipline, donc c'est une bonne chose."

"Et oui, je pense que nous avons tous une responsabilité, non seulement envers nos équipes mais aussi envers le monde extérieur... Vous savez, nous vivons une époque étrange au milieu d'une pandémie et je pense que l'année dernière, ce que la F1 a fait était quelque chose de véritablement unique pour maintenir le championnat en vie pendant tant de courses avec presque aucun test positif. C'était donc un effort énorme de la part de tous les acteurs du de la discipline."

"C'était un très bon message pour le monde extérieur et, vous savez, ce genre de choses... ce rôle que vous pouvez jouer pour le monde extérieur est quelque chose que nous devons continuer à faire."

partages
commentaires
Sebastian Vettel doit encore s'habituer à son Aston Martin
Article précédent

Sebastian Vettel doit encore s'habituer à son Aston Martin

Article suivant

Alonso : Enstone a beaucoup changé, "et c'est bon signe"

Alonso : Enstone a beaucoup changé, "et c'est bon signe"
Charger les commentaires