Pirelli - Changements techniques mineurs, allocations revues ?

Après une saison 2013 dans l'œil du cyclone, marquée par l'épisode du Grand Prix de Grande-Bretagne et des explosions de pneus, Pirelli n'était plus en première ligne en 2014, dans une saison où les unités de puissance ont fait une grande part de...

Après une saison 2013 dans l'œil du cyclone, marquée par l'épisode du Grand Prix de Grande-Bretagne et des explosions de pneus, Pirelli n'était plus en première ligne en 2014, dans une saison où les unités de puissance ont fait une grande part de la décision.

L'an passé, le manufacturier italien a adopté une approche prudente, considérant que les monoplaces disposaient d'une très forte marge de progression dont il fallait se méfier. Pirelli a déjà prévenu, il faut s'attendre à une hausse du rythme en piste cette année et un progrès de 2 à 3 secondes par tour est attendu. Dans ces conditions, la firme de Milan justifie son approche initiée pour la saison dernière, et qui se poursuivra en 2015.

"Au début de l'année dernière les voitures étaient très, très différentes dans leur manière de fonctionner. La manière dont elles impactaient les pneus était assez différente, et il y avait une inconnue dans une certaine mesure", rappelle Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport, à GPUpdate. "Mais nous avons obtenu beaucoup d'informations au cours de la saison. Nous savions que les voitures allaient être plus rapides, c'était très clair en fin d'année. Nous avons anticipé cela. L'objectif évolue, et nous devons nous assurer de ne pas sous-estimer les développements qui pourraient être faits."

Du nouveau dans les choix des composés pour chaque GP ?

Les nouvelles gommes fournies par Pirelli cette saison ne devraient pas changer la donne, et Hembery confirme des modifications mineures dans l'ensemble. Une partie du travail se concentre notamment sur les pneus les plus tendres de la gamme. Le pneu en lui-même ne va pas énormément évoluer en 2015, mais l'approche dans l'allocation des types de gommes pourrait être revue pour changer la donne.

"Les changements que nous faisons sont assez limités pour la saison prochaine", annonce Hembery. "Nous avons travaillé sur le pneu arrière, sur la zone d'empreinte, pour essayer d'égaliser les températures. Nous changeons le composé Supertendre, pour avoir un peu plus de performance dans des conditions plus chaudes. Et nous avons changé le composé du pneu intermédiaire, ce que nous devions faire en raison d'un changement de principe. Ce sont des changements assez mineurs, même si nous pourrions changer la manière dont nous choisissons les composés pour les courses."

En tant que manufacturier unique de la F1, Pirelli se doit également de respecter un cahier des charges précis, notamment en matière de spectacle. Une fois encore, Hembery rappelle combien il faut savoir garder un temps d'avance alors que les monoplaces subissent un développement très important course après course, compte tenu de la jeunesse des nouvelles technologies qu'elles embarquent.

"Il y a eu des commentaires l'an dernier ; certains avaient le sentiment que nous étions très conservateurs. C'est facile à dire après coup, bien sûr. Mais nous disons que nous visons toujours le but d'offrir des courses à deux ou trois arrêts. Il y a eu plus de course à deux arrêts qu'à trois arrêts l'année dernière, il faut le dire. Mais la performance des voitures peut changer considérablement et je crois que nous avons besoin de comprendre l'impact réel de de cela avant de faire des changements d'envergure."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités