Pirelli de la fournaise de Sepang à la fraîcheur de Shanghai

partages
Pirelli de la fournaise de Sepang à la fraîcheur de Shanghai
Par : Basile Davoine
8 avr. 2015 à 06:32

Paul Hembery, directeur du sport automobile chez Pirelli avec Niki Lauda sur la grille
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06 mène au départ
Sebastian Vettel, Ferrari SF15-T
Un technicien Pirelli prend la température de la piste

Après avoir eu recours aux gommes dures sur l'exigeant tracé malaisien, les pilotes retrouveront deux composés identiques à ceux utilisés Melbourne lors du Grand Prix de Chine. Ce week-end Pirelli fournira les gommes P Zero tendres de couleur jaune et P Zero mediums de couleur blanche.

Après la fournaise incroyable de Sepang et ses températures de pistes supérieures 60°C, les conditions seront beaucoup plus fraiches à Shanghai. Un circuit technique, sur lequel la météo variable peut jouer un rôle tout au long du week-end.

Le choix du manufacturier de Milan répond aux caractéristiques d'une piste qui propose plusieurs virages rapides, avec une surface lisse.

"Les températures seront naturellement moins élevées qu’en Malaisie, mais la météo chinoise est imprévisible !", souligne Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport. "Si le temps fut l’an passé raisonnablement stable tout au long du week-end, il fut marqué par des hauts et des bas lors de la précédente édition. Ce facteur nécessite alors des choix tactiques intéressants. Le pneumatique avant gauche est en effet le plus sollicité, tandis que la motricité nécessaire pour bien figurer à Shanghai engendre de lourdes charges sur le train arrière."

Vers une stratégie à deux arrêts

Alors que les possibilités de dépassement en piste existent à Shanghai, notamment avec la plus longue ligne droite du championnat suivie d'un gros freinage, Pirelli prévoit une stratégie à deux arrêts pour une course sur le sec.

L'an passé, avec des composés identiques, Lewis Hamilton s'était imposé en observant deux arrêts, effectuant deux relais en mediums après un premier en tendres. L'écart de performance entre les deux types de gomme ce week-end est estimé entre 1.2 et 1.4 seconde.

"Même si nous n’avons jamais rencontré de chaleur étouffante depuis notre première venue en Chine, les statistiques prouvent que cette éventualité demeure", précise Hembery. "Cela compliquerait alors la tâche des pneumatiques car cette piste est longue, les virages ouverts, et si l’on ajoute à ces deux paramètres des températures élevées, la gomme doit absorber une grosse quantité d’énergie. Nous avons cependant constaté en Malaisie que les enveloppes relèvent ce challenge avec brio !"

"Enfin, comme la piste est large, il existe plusieurs zones de dépassement, et nous pouvons d’ores et déjà imaginer qu’une stratégie à deux arrêts sera la plus efficace."

A Shanghai, 80% du tracé sont constitués de virages, ce qui signifie que l’énergie est en quasi-permanence distribuée dans la gomme. Les nombreuses accélérations en sortie nécessitent par ailleurs aux pilotes de gérer le patinage des roues.

Prochain article Formule 1
Témoignage - Häkkinen revient sur son terrible accident à Adélaïde

Previous article

Témoignage - Häkkinen revient sur son terrible accident à Adélaïde

Next article

Ferrari dévoile de nouveaux simulateurs au Ferrari Store de Milan

Ferrari dévoile de nouveaux simulateurs au Ferrari Store de Milan

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Chine
Lieu Shanghai International Circuit
Pilotes Lewis Hamilton Shop Now
Auteur Basile Davoine
Type d'article Preview