Selon Pirelli, des débris ont pu causer les crevaisons à Bakou

Pour le responsable F1 de Pirelli, Mario Isola, les défaillances des pneus arrière gauche de Lance Stroll et Max Verstappen au GP d'Azerbaïdjan semblent avoir été causées par des débris.

Selon Pirelli, des débris ont pu causer les crevaisons à Bakou

Lance Stroll et Max Verstappen ont tous deux été victimes de gros accidents en course à Bakou dans la longue pleine charge qui conclut le circuit urbain du GP d'Azerbaidjan, où les monoplaces ont l'habitude d'atteindre des vitesses très élevées, autour des 350 km/h. Dans les deux cas, les deux hommes étaient équipés de pneus C3 (durs), âgés de 29 tours pour le Canadien et de 33 pour le Néerlandais.

Forcément sous le feu des projecteurs Mario Isola, le responsable de Pirelli, s'est exprimé pour Motorsport.com après la course pour tenter d'apporter les premiers éléments de réponse, tout en précisant qu'une enquête approfondie serait nécessaire pour évaluer la ou les causes exactes de ces problèmes.

"De toute évidence, nous devons mener une enquête, c'est clair. Ce que j'ai recueilli jusqu'à présent n'est que des indications préliminaires. Il y a eu un dégonflement soudain à la fois pour Lance et pour Max, sans aucun avertissement."

Lire aussi :

"C'était sur le pneu arrière gauche, qui n'est pas le plus sollicité ici, parce que c'est l'arrière droit [qui l'est normalement]. Et l'autre point, si nous parlons d'usure, [c'est que] le pneu le plus usé est le pneu avant droit. Ce n'est donc pas une question d'usure."

"Un autre élément qui est important est que nous avons trouvé sur le pneu arrière gauche de Lewis Hamilton une autre coupure, assez grande. C'était au moment du drapeau rouge, donc dans le même relais où Max a eu son accident. Les voitures sont arrivées [dans les stands], ils ont démonté les pneus pour monter un nouveau jeu, nous avons vérifié les pneus usés et nous avons trouvé une coupure sur l'arrière gauche."

"Heureusement, cette coupure n'a pas touché la structure. Et c'est pourquoi il n'a pas perdu de pression. Nous avons donc la preuve qu'un autre pneu avait une coupure. Les autres pneus qui ont été utilisés pendant la même durée, pendant 30, 32, 33 tours, ne montrent aucune preuve d'un problème potentiel. Voilà ce que je sais pour le moment."

"L'autre étape est que, évidemment, nous allons envoyer les pneus par avion à Milan demain pour les analyser dès que possible. Et trouver la vraie raison qui peut être les débris, ou n'importe quoi d'autre."

Certains pilotes, Verstappen en tête, se sont déjà montrés suspicieux à l'égard du manufacturier italien suite à ces incidents impressionnants et potentiellement très dangereux, le Néerlandais ayant ainsi lancé que Pirelli allait forcément déclarer que les problèmes étaient liés à des débris, et pas aux pneus en eux-mêmes.

"Il est presque impossible de concevoir un pneu capable de résister à tout type de débris, si c'est un débris", répond Isola. "Si ce n'est pas un débris, nous devons envisager des mesures correctives. Mais je comprends parfaitement que les pilotes qui se crashent à cette vitesse soient inquiets, c'est clair. Je suis également inquiet."

"Je crois que c'était un débris, parce qu'ils n'ont eu aucun avertissement sur le fait qu'il y avait quelque chose d'étrange sur la voiture, au niveau de la suspension, du pneu, des freins, rien ne donnait le moindre signe de défaillance. Et ça a été une rupture soudaine."

"Donc, considérant que l'arrière gauche n'est pas le pneu le plus sollicité, la coupure que nous avons trouvée sur le pneu de Lewis et ainsi de suite, ce sont des indications qui nous mènent dans cette direction. Mais nous ne voulons rien exclure car comme Max l'a dit, ces choses ne devraient pas arriver."

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Verstappen : "Pirelli dira que c'est à cause des débris…"
Article précédent

Verstappen : "Pirelli dira que c'est à cause des débris…"

Article suivant

Vettel offre à Aston Martin son premier podium

Vettel offre à Aston Martin son premier podium
Charger les commentaires