Pirelli va enquêter sur les crevaisons de Losail

Pirelli va enquêter sur les quatre crevaisons survenues lors du Grand Prix du Qatar.

Pirelli va enquêter sur les crevaisons de Losail

Après quatre crevaisons lors du Grand Prix du Qatar, Pirelli prend le sujet très au sérieux. En deuxième moitié de course, ce sont Valtteri Bottas, Lando Norris, George Russell et Nicholas Latifi qui ont été victimes de ces dégâts sur leur pneu avant-gauche.

Bottas était dans son 33e tour en mediums lorsque cette mésaventure est survenue alors que les trois autres étaient équipés du composé le plus dur de la gamme Pirelli ; Norris était dans la 24e boucle de son relais, Russell dans la 32e et Latifi dans la 33e. Seul le pilote McLaren est parvenu à sauver les points avec la neuvième place, la crevaison ayant été décelée par l'écurie avant qu'elle ne soit trop grave, mais son arrêt au stand inopiné lui a néanmoins coûté ses chances de podium.

C'était la première fois que la Formule 1 se rendait sur le Circuit international de Losail, et Pirelli avait donc fait un choix de composés prudent, mais cela n'a pas empêché ces crevaisons. Le manufacturier italien va enquêter, et se garde bien de tirer toute conclusion pour l'instant.

"Vendredi, quand nous avons analysé et comparé les simulations aux données de télémétrie, nous n'avons rien trouvé qui ne corresponde pas à nos attentes", a déclaré Mario Isola, directeur de Pirelli F1, à Motorsport.com après la course. "Par conséquent, nous avons confirmé les prescriptions [de pression des pneus]."

"Il y a beaucoup d'éléments que nous devons prendre en compte. L'usure élevée, évidemment, car tous les pneus étaient complètement usés, et l'impact des vibreurs à haute vitesse, car presque à chaque tour ils roulaient sur les vibreurs. Le fait que nous ayons des coupures sur les pneus qui peuvent être provoquées par quelque chose avant ou après la perte de pression est difficile à affirmer. De plus, la perte de pression a été soudaine mais pas immédiate, car tous les pilotes ont pu rentrer au garage avec le pneu à plat, à part Latifi, qui avait malheureusement un tour entier à faire. Bref, il y a de nombreux éléments. Nous renvoyons les pneus à Milan par avion. Comme d'habitude, nous allons mener une enquête et essayer de comprendre ce qui s'est passé."

Mario Isola, Racing Manager, Pirelli Motorsport, in the team principals Press Conference

Mario Isola (Pirelli Motorsport)

"Clairement, avec un pneu qui est usé et moins protégé contre l'impact, on continue de le punir. Mais était-ce une coupure ? Hier, on a vu ce qui s'est passé avec l'aileron avant, plusieurs voitures ont été endommagées par d'autres éléments, par exemple au niveau du fond plat, des ailerons, du châssis. Nous ne voulons rien exclure."

"Quand on perd de la pression, parce que les pneus ont du carrossage, l'épaule se casse à l'intérieur, à cause de la force qui s'exerce sur elle. Tout petit débris, tout vibreur peut provoquer une petite crevaison, et le pneu perdant de l'air, quand il est endommagé, ne peut soutenir le haut niveau d'énergie que ces voitures lui font subir. Nous devons comprendre la cause de cette perte de pression, nous devons donc enquêter sur ce qui s'est passé avant", conclut Isola.

Lire aussi :

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Bottas inquiet après sa crevaison : "C'est arrivé d'un coup"
Article précédent

Bottas inquiet après sa crevaison : "C'est arrivé d'un coup"

Article suivant

Hamilton récupérera son nouveau moteur à Djeddah

Hamilton récupérera son nouveau moteur à Djeddah
Charger les commentaires