Formule 1
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Les pilotes doivent redevenir les "rois", selon l'ancien directeur de Pirelli

partages
commentaires
Les pilotes doivent redevenir les "rois", selon l'ancien directeur de Pirelli
Par :
21 févr. 2019 à 07:18

L'ancien directeur du programme Pirelli en Formule 1, Paul Hembery, pense que la discipline devrait réfléchir à des moteurs de 1500 chevaux pour aider les pilotes à redevenir les "rois".

En tant que directeur de la compétition de Pirelli, Paul Hembery avait aidé le manufacturier italien à revenir en F1 en 2011, et avait ensuite pris ses fonctions en tant que PDG LatAm de la marque en 2017. Il a récemment quitté l'entreprise après y avoir passé 25 années et cherche désormais une possibilité de rester impliqué en F1. Il a également donné son avis sur la direction que la discipline devrait prendre.

"Ce qui doit vraiment être fait, c'est que les pilotes deviennent de nouveau les rois de ce sport", a déclaré Hembery à Motorsport.com lors d'une interview exclusive. "Ils ont besoin d'être des superstars parce que les gens, aujourd'hui, se focalisent davantage sur la personnalité."

"Nous parlons souvent de courses excitantes quand il y a eu de la pluie ou une voiture de sécurité à 10 tours de l'arrivée, et c'est un message. Nous avons besoin d'imprévisibilité, ou d'un regroupement de voitures quand il y a une entrée de la voiture de sécurité en piste, ce qui permet aux pilotes de courir à fond. C'est le travail qui doit être fait."

Lire aussi :

Lorsqu'on lui demande quelle serait sa vision de la F1 en repartant d'une feuille blanche, Hembery déclare : "Je pense que ce serait simplifié, dans le sens où la puissance n'est pas trop coûteuse à aller chercher et propose un plus grand défi aux pilotes. Donc pourquoi ne pas avoir des moteurs de 1500 chevaux ?"

"Cela ne serait peut-être pas en rapport avec ce que veulent les constructeurs en termes de ventes ou de marketing au sujet de leur technologie, mais la course de chevaux est toujours populaire, en dépit de l'arrivée de la voiture. C'est là qu'irait ma conception de cette feuille blanche : essayer d'investir plus d'argent sur les pilotes et proposer une super F2 avec énormément de puissance, moins de technologie, et possiblement dix équipes qui font du bénéfice et sont viables."

Hembery pense que le propriétaire de la F1, Liberty Media, devrait se montrer plus directif pour imposer les changements qu'il veut établir, plutôt que de tenter de satisfaire tous les acteurs du sport : "On ne peut pas faire plaisir à tout le monde. Quoi que vous disiez ou fassiez, il y aura toujours quelqu'un pour être négatif, et c'est là qu'il faut avoir une vision solide. Les propriétaires font face à un défi, celui de décrire cette vision, d'y croire et d'avancer. On peut décider de ne rien faire mais on risque un déclin progressif."

Au sujet de sa situation personnelle, Hembery explique qu'il travaille sur des projets extérieurs aux sports mécaniques, mais qu'il aimerait rester impliqué dans ces compétitions : "J'ai quitté Pirelli à la fin de l'année dernière. Toutes les bonnes choses ont une fin, et c'était le bon moment pour eux et pour moi de se séparer."

"Je travaille sur divers projets que j'avais lancés depuis quelque temps mais auxquels je n'avais pas eu le temps de me consacrer. Ils n'ont rien à voir avec la compétition ou l'automobile, mais je cherche à voir si je peux me consacrer de nouveau au sport automobile. Cela fait bien plus de 20 ans que j'y suis impliqué dans diverses formes et à différents niveaux, et je pense que j'ai encore quelque chose à offrir. Donc si la bonne opportunité se présente et que quelqu'un juge que je peux contribuer, je prendrai ça en compte."

Article suivant
Renault a réglé son problème de DRS

Article précédent

Renault a réglé son problème de DRS

Article suivant

Live - Suivez les essais de Barcelone en direct

Live - Suivez les essais de Barcelone en direct
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Jonathan Noble