Pirelli a identifié les raisons des défaillances de Bakou

Pirelli a dévoilé les conclusions de son enquête, menée après les incidents pneumatiques survenus pendant le Grand Prix d'Azerbaïdjan.

Pirelli a identifié les raisons des défaillances de Bakou

Dix jours après le Grand Prix d'Azerbaïdjan disputé à Bakou, théâtre de deux défaillances pneumatiques qui sont survenues en course, Pirelli a communiqué les raisons de ces deux incidents. Lance Stroll à mi-course, puis Max Verstappen à quelques tours de l'arrivée, avaient tous les deux subi une crevaison à haute vitesse dans la ligne droite principale, entraînant un crash et un abandon. 

Dans un premier temps, Pirelli avait soupçonné des débris pour expliquer ces accidents, sans toutefois avancer officiellement cette cause, qui n'était que supposition. Après enquête approfondie, ce n'est pas le cas. Le manufacturier unique de la Formule 1 précise qu'aucune anomalie ni aucun défaut n'ont été décelés sur les pneus concernés, qui ont également été comparés à d'autres. Dans un communiqué détaillé, la firme italienne explique que ce sont vraisemblablement les conditions d'utilisation des pneus par les équipes qui ont mené à leur défaillance.

"Pirelli, en collaboration avec la FIA, a terminé l'analyse des pneus arrière gauche concernés par les incidents qui ont touché Lance Stroll et Max Verstappen pendant le Grand Prix d'Azerbaïdjan", annonce Pirelli ce mardi soir.

"Cette analyse a également concerné les pneus utilisés pas d'autres voitures pendant la course et qui avaient le même nombre de tours ou plus par rapport à ceux endommagés. Le processus a établi qu'il n'y avait pas de défaut de production ou de qualité sur aucun des pneus, ni aucun signe de fatigue ou de délamination. Les causes des défaillances à l'arrière gauche sur les voitures d'Aston Martin et Red Bull ont clairement été identifiées. Dans chacun des cas, il s'agissait d'une rupture circonférentielle sur le flanc intérieur, qui peut être liée aux conditions de roulage du pneu, bien que les paramètres de départs prescrits (pression minimale et température maximale des couvertures chauffantes) aient été respectés."

Actuellement, les écuries doivent respecter des pressions minimales au moment du départ, mais rien ne permet de surveiller le respect de la limite une fois les monoplaces en piste. C'est ce qui laisse la porte ouverte à des solutions ingénieuses pour contourner la réglementation et satisfaire aux contrôles réalisés à l'arrêt, pour ensuite tenter d'abaisser les pressions et ainsi gagner en performance, ce qui en contrepartie éprouve davantage les pneumatiques.

Pirelli précise donc que de nouveaux protocoles concernant les pressions minimales et les couvertures chauffantes vont être mis en place dès le prochain Grand Prix, ce week-end en France, et que les écuries ont déjà été informées via une directive technique de la FIA. Le contenu détaillé de cette directive n'est pour le moment pas précisé. 

"À la suite de cette analyse, Pirelli a soumis son rapport à la FIA et aux équipes", indique Pirelli. "La FIA et Pirelli se sont mis d'accord sur un nouvel ensemble de protocoles, incluant une directive technique mise à jour et d'ores et déjà distribuée, pour surveiller les conditions opérationnelles pendant un week-end de course. Tout autre action appropriée sera envisagée."

Rapidement, Red Bull Racing a réagi en précisant avoir "travaillé étroitement avec Pirelli et la FIA pendant leur investigation" avant de préciser : "Aucun défaut n'a été trouvé sur la voiture. Nous avons adhéré en permanence aux paramètres pneumatiques prescrits par Pirelli et nous continuerons à suivre leurs directives"

Plus tôt dans la journée, nous vous expliquions les tenants et aboutissants autour de la limite avec laquelle flirtent la plupart des écuries. Des éléments de compréhension à retrouver dans notre article "Après Bakou, les pressions de pneus cristallisent l'attention".

partages
commentaires
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1
Article précédent

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Article suivant

De nouveaux contrôles de pression des pneus à partir du GP de France

De nouveaux contrôles de pression des pneus à partir du GP de France
Charger les commentaires