Pirelli juge fondamental le retour des essais privés cette saison

Après avoir réclamé pendant trois ans la mise en place d’essais privés en cours de saison, Pirelli a obtenu gain de cause cette année en trouvant un accord avec la FIA et les équipes

Après avoir réclamé pendant trois ans la mise en place d’essais privés en cours de saison, Pirelli a obtenu gain de cause cette année en trouvant un accord avec la FIA et les équipes. C’est ainsi que le manufacturier unique de la Formule 1 a pu profiter de deux journées pleines après le Grand Prix de Bahreïn, avec à chaque fois une écurie qui devait dédier son programme aux hommes de Pirelli. Ce sera de nouveau le cas après Barcelone, Silverstone et Abu Dhabi.

Pour Paul Hembery, cette possibilité a été un véritable soulagement et une avancée primordiale pour que Pirelli puisse travailler sereinement en vue de la saison prochaine. Auparavant, les essais pneumatiques de la firme de Milan se déroulaient avec un châssis obsolète, antérieur de trois saisons.

« Pouvoir se rendre sur une course et ensuite essayer quelques solutions sur les voitures actuelles, c’est un pas en avant monumental par rapport au fait de rouler avec une voiture vieille de trois ans », insiste le patron de Pirelli Motorsport auprès d’Autosport. « Cela nous a aidés à vérifier un certain nombre de paramètres particuliers sur une voiture actuelle. »

Lors des deux journées de Sakhir avec Mercedes, Williams et Caterham, Pirelli a notamment pu réaliser des premiers tests intéressants quant aux couvertures chauffantes. La FIA a l’intention de les supprimer en 2015 mais elle attend un rapport précis du fournisseur pneumatique pour conforter ou non ce choix,

qui est redouté par le manufacturier

.

« Nous apprenons pour l’année prochaine et nous avons pu jeter un œil au fait de rouler sans utiliser les couvertures chauffantes. Nous devons écrire un rapport technique pour la FIA à ce sujet. Nous regardons aussi les profils et les structures [des pneus]. »

Par ailleurs, Hembery s’attend à ce que les monoplaces soient plus rapides la saison prochaine, alors qu’elles n’en sont actuellement qu’au début de l’exploitation de la nouvelle réglementation technique. Si tel est le cas, Pirelli pourrait demander à ce que la surface de contact entre le pneu et la piste soit plus grande afin de limiter les effets indésirables.

« Si les voitures vont aussi vite que ce que nous le pensons, il y aura peut-être certaines choses que nous aimerions changer au niveau de l’empreinte du pneu au sol afin de réduire la concentration au milieu. Nous travaillons aussi de nouveau sur la réduction des ‘marbles’. »

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Mercedes , Williams
Type d'article Actualités