Pirelli prêt à modifier son pneu pluie en cas de demande officielle

Lewis Hamilton comme Sebastian Vettel ont fait part de leur intérêt pour une amélioration des composés pneumatiques destinés aux conditions de piste humides

Lewis Hamilton comme Sebastian Vettel ont fait part de leur intérêt pour une amélioration des composés pneumatiques destinés aux conditions de piste humides.

Dans le passé récent, la Direction de Course n’a que rarement laissé l’occasion aux pilotes de prendre la piste sans voiture de sécurité pour mener le rythme en pneu pluie, attendant en général que les conditions reviennent à une fenêtre adaptée au pneu intermédiaire pour ouvrir l’action en piste. Paradoxalement, l’utilisation des enveloppes extrêmes est potentiellement plus dangereuse sous régime contrôlé, en ce sens que les études menées par Pirelli ont toujours pris en compte une évacuation de l’eau à pleine vitesse par conditions humides. En ne tournant pas assez vite, les pneus ne peuvent évacuer la même quantité d’eau et sont ainsi sujets à un phénomène d’aquaplaning important.

A l’heure où tous les domaines de la course sont remis en cause autour de l’accident japonais de Jules Bianchi, les pneumatiques n’échappent pas à un pointage de doigt.

L'intermédiaire privilégié pour sa vitesse

Les pilotes estiment qu’il serait parfaitement possible de rouler même par conditions fortement humides, si les mélanges ‘full wet’ étaient revus : en effet, le pneu pluie est régulièrement boudé par les teams en raison de ses performances, et le composé intermédiaire est maintenu plus longtemps qu’il ne le devrait en piste, même lorsqu’un passage au ‘pluie’ pourrait être nécessaire.

"Ce ne sont pas de super pneus, ce n’est pas un secret", lâche ainsi Hamilton. Plus analytique, Vettel apporte un éclairage allant dans le même sens que celui du leader du championnat, avec plus de mesure. "S’il y a beaucoup d’eau, il faut évidemment un très bon pneu, qui peut évacuer beaucoup d’eau avec efficacité afin de ne pas souffrir d’aquaplaning", résume-t-il. "Le problème que nous avons est que le pneu ‘extrême’ a une fenêtre extrêmement étroite. L’intermédiaire est plus rapide ; donc dès que l’on est débarrassé de l’essentiel de l’eau, on essaie de chausser les inters, car, même en tenant compte des risques, c’est un pneu tout simplement plus rapide. C’est quelque chose sur quoi il faut travailler".

"Il y aura toujours des projections, mais nous devons travailler dur", poursuit Hamilton. "Ce n’est pas un domaine sur lequel il y a tant d’attention. Les slicks sont toujours améliorés et font l’objet de travail, mais il n’y a pas tant d’attention pour le mouillé. Il faut un pneu qui évacue l’eau. Et qui ne nous force pas à passer en intermédiaires parce c’est plus rapide, alors que ce n’est probablement pas assez sûr. Il faut donc faire quelque chose et je pense que la FIA et Pirelli vont travailler là-dessus".

Irritation chez Pirelli

Directeur de Pirelli Motorsport, Paul Hembery ne partage pas tout-à-fait le point de vue d’une redéfinition du mélange full wet. Tout du moins, le Britannique trouve qu’il est injuste de placer Pirelli au cœur d’un tel débat alors que les organisateurs n’ont jamais demandé au manufacturier de modifier ses gommes.

"Jusqu’à présent, Pirelli ne voit pas de besoin technique réaliste pour changer le pneu pluie", explique-t-il ainsi, rappelant que le pneu extrême est capable d’évacuer jusqu’à 65 litres par seconde cette saison, contre 50 litres par seconde l’an dernier. "Ces commentaires de pilotes ne nous ont pas été adressés officiellement", poursuit-il, se défendant contre des accusations d’immobilisme, dans la mesure où les critiques ne sont pas directement adressées au manufacturier pour envisager des solutions.

"Bien entendu, s’il était requis par les équipes et la FIA à Pirelli de reconsidérer la capabilité technique du pneu pluie, Pirelli le ferait immédiatement".

"Il y a un groupe de travail à venir bientôt et il est assez probable que ce soit considéré à ce moment. Si c’est le cas, nous sommes ouverts à l’idée de modifier les pneus. Tout changement que nous faisons a une base technique profonde, et l’on ne suit pas juste les commentaires d’une personne, comme tout le monde n’a pas le même point de vue".

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton , Sebastian Vettel , Jules Bianchi
Type d'article Actualités