Pirelli redoute des "processions" avec le règlement 2017

partages
commentaires
Pirelli redoute des
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
23 janv. 2017 à 11:00

Pirelli craint que la refonte du règlement technique de la Formule 1 ne donne lieu à des courses semblabes à des processions si l'écart de performance entre les équipes est trop important.

Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid devant son équipier Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid au départ de la course
Départ : Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 Team et Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H mène au départ
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid mène au départ
Paul Hembery, directeur Pirelli Motorsport avec les pneus Pirelli 2017
Kimi Raikkonen, Ferrari teste les pneus Pirelli 2017
Pascal Wehrlein, Mercedes AMG F1 teste les pneus Pirelli 2017
Max Verstappen, Red Bull Racing teste les pneus Pirelli 2017
Pascal Wehrlein, Mercedes AMG F1 teste les pneus Pirelli 2017
Toby Moody discute avec Paul Hembery, directeur Pirelli Motorsport
Toby Moody discute avec Paul Hembery, directeur Pirelli Motorsport
Des pneus Pirelli

Le manufacturier de pneus a complètement revu son concept pour fournir des gommes avec une plus faible dégradation et des caractéristiques thermiques différentes, afin de permettre aux pilotes d'attaquer davantage. Néanmoins, il existe des inquiétudes en raison des changements aérodynamiques sur les voitures, qui pourraient rendre les occasions de dépasser plus rares.

Directeur de Pirelli Motorsport, Paul Hembery convient que le spectacle pourrait en souffrir en 2017, et que les efforts fournis par sa compagnie afin d'aider à améliorer la course pourraient ne pas favoriser la situation.

Interrogé sur la possibilité de voir les nouvelles règles aéro donner lieu à une grande saison pour la F1, Hembery répond à Motorsport.com : "Je crois que les pilotes aimeront ça, car avec ce niveau de performance, ils vont le sentir. Ça leur proposera un défi physique qu'ils n'ont pas connu depuis longtemps."

"Mais la véritable incidence sur les dépassements sera liée aux performances des voitures. Si les performances des voitures sont proches, alors il pourrait y avoir des occasions [de dépasser] ; si elles ne le sont pas, ce sera une procession."

Faible dégradation

Les pilotes ont demandé à Pirelli et à la FIA de concevoir des pneus avec une très faible dégradation, ce qui implique un changement de philosophie par rapport à ces dernières années.

Hembery est sceptique quant aux bénéfices d'un tel changement d'approche, alors qu'il y aura moins de variations de performances des voitures et que les courses à deux arrêts seront probablement moins nombreuses.

Interrogé sur le comparatif entre le début de cette nouvelle ère et le moment où Pirelli est arrivé en F1, plus particulièrement lors de sa deuxième saison en 2012, avec sept vainqueurs différents lors des sept premières courses, Hembery prévient : "Ce sera plutôt l'inverse de ça, mais c'est ce que la F1 nous a demandé de faire."

"On nous a demandé cela [une forte dégradation des pneus] en 2011, et maintenant on nous demande de faire quelque chose d'autre. Nous demanderons aux gens de s'interroger sur ce qui est la meilleure approche. Nous essayons juste de fournir ce qui nous a été demandé."

"Sur chacun de ces sujets, il y a toujours des personnes pour et d'autres contre. Je crois que nous saurons après cinq ou six courses si ce que nous avons fait est bien ou non."

Du mieux pour les pilotes

S'il est sceptique pour 2017, Hembery pense cependant que le changement d'approche en matière de dégradation des pneus permettra aux pilotes d'attaquer davantage s'ils peuvent être proches de leurs concurrents.

"Nous avons eu six années durant lesquelles la donne était de créer un défi pour les équipes et les pilotes, un défi thermique qui impliquait de gérer la surchauffe et la dégradation", explique-t-il.

"Maintenant, nous allons être dans une situation où on nous demande de réduire ça, donc la surchauffe thermique est significativement réduite et les niveaux d'usure sont réduits. Les pilotes peuvent donc attaquer davantage dans des situations de dépassement et ne pas rencontrer un scénario de surchauffe."

"Cela doit être combiné, bien sûr, aux changements aérodynamiques qui réduisent le niveau de perturbation de l'air qui arrive sur l'avant de la voiture qui en suit une autre. Combiné avec les pneus, ça devrait permettre d'être plus agressif dans les manœuvres de dépassement."

"Mais d'un autre côté, il y aura davantage de virages pied au plancher, et ça ne va pas aider les dépassements car il n'y aura pas de freinage."

Nouvelles caractéristiques

Hembery est certain que les gommes Pirelli 2017 permettront aux pilotes de les ramener dans leur fenêtre d'exploitation si elles chauffent trop, ce qui n'était pas possible avec les précédentes générations de pneus.

"Désormais, on peut les ramener [à la bonne température], mais nous devons encore voir ce que ça donne sur la bonne voiture", précise-t-il. "La philosophie est là et c'est ce que nous avons vu lors des essais jusqu'à présent, alors nous sommes confiants quant au fait d'aller dans la bonne direction."

"Avons-nous été trop conservateurs et pas suffisamment agressifs ? C'est quelque chose que nous comprendrons uniquement quand nous verrons les voitures actuelles. Mais sans aucun doute, il y a un changement notable dans la manière dont nous avons abordé les choses." 

Prochain article Formule 1
Une journée dédiée aux pneus pluie à Barcelone

Previous article

Une journée dédiée aux pneus pluie à Barcelone

Next article

Palmer pense être "bien plus fort" mentalement

Palmer pense être "bien plus fort" mentalement

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Jonathan Noble
Type d'article Actualités