Pirelli veut réduire le sous-virage des F1 en 2023

Alors que la réglementation 2022 a eu tendance à renforcer le sous-virage des F1, Pirelli travaille à l'introduction de pneus avant plus résistants en 2023 pour atténuer ce phénomène.

Les Formule 1 nouvelle génération s'appuient en grande partie sur l'effet de sol pour générer leur appui aérodynamique, ce qui en a modifié les caractéristiques de pilotage par rapport aux monoplaces précédentes. Parmi les conséquences, renforcée par la prise de poids des F1 pour des ajouts en matière de sécurité, une tendance forte au sous-virage, c'est-à-dire un train avant qui peine à s'inscrire dans les virages et qui oblige à tourner le volant plus que la normale pour virer, et en particulier à basse vitesse.

Un certain nombre de pilotes l'ont souligné et d'aucuns, comme Max Verstappen, n'apprécient pas forcément autant cette situation que lorsque les voitures sont au contraire très réactives et plutôt survireuses (quand le train arrière à tendance à vouloir partir en glisse et à "passer devant" le train avant). Conscient de ces caractéristiques, Pirelli a révélé travailler sur un pneu avant plus résistant afin de mieux équilibrer les monoplaces.

"Nous avons déjà en tête certaines améliorations pour l'année prochaine", a expliqué Mario Isola, responsable compétition de Pirelli. "L'année dernière, nous n'avons pas eu l'occasion de tester les nouveaux pneus avec les voitures actuelles, mais avec les mulets, et ils étaient légèrement différents. Nous avons maintenant une meilleure idée de ce qu'il faut faire sur les pneus pour l'année prochaine : améliorer l'avant, notamment parce que nous avons un pneu arrière très fort et qui génère un peu de sous-virage à faible vitesse."

Max Verstappen suivi par Charles Leclerc dans l'épingle de Monaco.

Max Verstappen suivi par Charles Leclerc dans l'épingle de Monaco.

Les mulets utilisés pour travailler sur les pneus 2022 ont en effet masqué la nature sous-vireuse des monoplaces nouvelle génération en raison de la façon dont l'appui était généré. "Les mulets utilisaient le package aéro de 2021, donc l'effet de sol n'était pas très significatif", a ajouté Isola. "Ce que nous savons des voitures actuelles, c'est qu'elles génèrent beaucoup plus d'appui à haute vitesse, moins à basse vitesse. Et l'équilibre est légèrement différent."

Quand Motorsport.com lui a demandé quel était le principal facteur de sous-virage des F1 2022, Isola a répondu : "Si vous voulez un pourcentage, c'est très difficile à vous donner. Ce que je peux dire, c'est que lorsque nous avons conçu les pneus actuels, l'année dernière, en nous basant sur l'équilibre des mulets, il est clair qu'ils tendaient plus vers le sous-virage."

"Le poids n'aide pas. Mais tout le monde le sait : ce n'est pas une critique, il est nécessaire d'avoir ce poids supplémentaire [pour des ajouts en matière de sécurité]. Avec les mulets, le poids était le même que la voiture actuelle, car nous avons demandé aux équipes de mettre un peu de lest afin de parvenir au même poids et au même équilibre des masses."

"Mais le package aéro était complètement différent. C'était la principale différence par rapport aux voitures actuelles, et c'est probablement ce qui va générer le sous-virage. La majeure partie de ce sous-virage est due [à cela]. Mais nous pouvons réagir en concevant pour l'année prochaine un pneu avant légèrement différent pour équilibrer la voiture, et nous le testons en ce moment avec les F1 actuelles."

Lire aussi :

Avec Jonathan Noble

partages
commentaires
Les deux équipes qui ont contribué au succès de Drive To Survive
Article précédent

Les deux équipes qui ont contribué au succès de Drive To Survive

Article suivant

Aucun abandon, mais pas de quoi fanfaronner chez Mercedes

Aucun abandon, mais pas de quoi fanfaronner chez Mercedes